— Newsletter

| | |

— Publié le 13 août 2020

L’athlétisme russe sauvé des eaux par un chèque du Kremlin

Institutions Focus

Les athlètes russes en sont toujours réduits à suivre la saison internationale sur leur écran, loin des stades. Mais au moins, ils n’ont plus à craindre pour leur avenir immédiat. Leur fédération, la RusAF, ne sera pas exclue par World Athletics. Au moins à court terme.

Contrainte de payer au plus tard samedi 15 août une amende de 5 millions de dollars, plus 1,3 million de dollars de frais de procédure, la RusAF a plié. Elle s’est acquittée de la somme, mercredi 12 août, avec trois jours d’avance sur l’ultimatum fixé à la fin du mois de juillet par le Conseil de World Athletics.

Pour une fois, la chronologie des événements ne présente pas de zone d’ombre. En début de journée, mercredi, le ministère russe des Sports a annoncé sa décision de verser à la la RusAF l’argent nécessaire pour payer son amende. Dans la foulée, la RusAF a assuré par un communiqué avoir versé à World Athletics l’intégralité des 6,3 millions de dollars exigés depuis la découverte d’une tentative de malversations dans l’affaire de dopage du sauteur en hauteur Danil Lysenko. Puis, troisième et dernier épisode, World Athletics a confirmé avoir reçu l’argent.

« Une décision sans précédent a été prise sur l’octroi d’une subvention à la Fédération russe d’athlétisme pour le développement du sport, y compris pour le règlement de la dette auprès de World Athletics, a indiqué le ministère russe des Sports dans un communiqué. La défense des intérêts des sportifs russes, le rétablissement du droit des athlètes russes à participer aux compétitions internationales font partie des priorités. »

Fin de l’histoire ? Sûrement pas. En respectant enfin l’ultimatum de World Athletics, la RusAF a sauvé sa peau. Elle ne sera pas exclue de l’athlétisme mondial, un scénario brandi par l’instance internationale en cas de non paiement de l’amende. Mais il lui reste encore deux étapes à franchir. Elle doit présenter au plus tard le 31 août un premier plan de sa réorganisation. Puis il lui faudra en proposer une version définitive un mois plus tard, laquelle version devra être validée par le Conseil de World Athletics.

Le nouveau ministre des Sports, Oleg Matytsin, a donc cassé sa tirelire. Cool. Il a sauvé in extremis l’avenir de la RusAF, et par extension l’espoir des athlètes russes de participer l’an prochain aux compétitions internationales. Tout autre scénario lui aurait sans doute coûté sa place. Le ministre des Sports l’a précisé : cette aide financière exceptionnelle ne sera pas renouvelée. La RusAF devra donc frapper à la porte des banques, ou dénicher un ou plusieurs mécènes, pour payer plus tard l’autre moitié de son amende, d’un montant égal de 5 millions de dollars.