Jeux de la Francophonie - 07/02/2019

Vers un match entre Sherbrooke et Winnipeg

L’avenir se présente chaque jour un peu mieux pour les Jeux de la Francophonie 2021. Mis sur la touche après le retrait du Nouveau-Brunswick, l’événement pourrait rester au Canada. Mieux : il pourrait faire l’objet d’un match à deux entre Sherbrooke et Winnipeg. La ville québécoise s’est manifestée la première. Ses élus ont consacré une réunion à huis clos, lundi 4 février, à l’examen du dossier. Mais la capitale du Manitoba explore également la possibilité de se lancer dans l’aventure. Une résolution a été votée, dans la soirée du mardi 5 février, afin de déterminer si Winnipeg a les capacités logistiques et financières pour accueillir les Jeux de la Francophonie 2021. A en croire son maire, Steve Lussier, Sherbrooke aurait une longueur d’avance. « On avait un cahier de charge complet et bien étoffé, explique-t-il, cité par Radio-Canada. On a la capacité nous aussi de recevoir 3 000 athlètes, avec nos deux universités pour accueillir tout ce monde. » Un comité d’étude a été formé à Sherbrooke pour étudier plus en avant le dossier. La ville a annoncé vouloir rendre sa décision le 11 février prochain. Winnipeg, de son côté, ne se fixe pas d’ultimatum afin d’évaluer toutes les possibilités.

ActualitésVoir toutes les actualités