Dopage - 06/11/2019

Bientôt les contrôles génétiques

Fiction ou réalité ? Selon Thomas Bach lui-même, une nouvelle méthode de dépistage du dopage pourait bientôt être effective dans les grandes compétitions. Elle est génétique. Le président du CIO a profité de son discours à la Conférence mondiale sur le dopage, mardi 5 novembre à Katowice (Pologne), pour en faire l’annonce. « La recherche sur le séquençage génétique progressant à bon rythme, cette nouvelle approche pourrait être une méthode novatrice pour détecter le dopage sanguin, des semaines, voire des mois, après son utlisation », a révélé Thomas Bach. Le président du CIO n’a pas exclu la possibilité de mettre ces nouveaux tests en application aux Jeux de Tokyo 2020. Ils seraient conduits par l’Agence de contrôles internationale, que la méthode soit validée ou pas. « Dans ce dernier cas, le CIO analysera ces échantillons après la validation en bonne et due forme de cette nouvelle méthode de contrôle », a indiqué Thomas Bach. Selon le Guardian, une expérimentation de contrôles génétiques est menée depuis 2006 par le professeur Yannis Pitsiladis à l’Université de Brighton, en Grande-Bretagne. Au cours du même discours, mardi à Katowice, Thomas Bach a insisté sur la volonté du CIO de voir les fédérations internationales suivre son exemple et stocker pendant une période de 10 ans les échantillons prélevés en période pré-olympique. Le dirigeant allemand a proposé que le financement d’une telle opération soit assuré par le CIO.

ActualitésVoir toutes les actualités