Institutions - 01/04/2014

Pour les Comités nationaux olympiques, l’avenir est en marche

Le Comités nationaux olympiques peuvent dormir tranquille. Sheikh Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, le président de leur association (ACNO), veille sur eux, sur leurs intérêts et sur leur avenir. Un patronage qui devrait leur assurer confort et abondance pour les décennies à venir.

Le dirigeant koweïtien a réuni pendant trois jours dans ses locaux de l’Association olympique asiatique (OCA), à Koweït City, les commissions de l’ACNO et son Conseil d’administration. Une vaste revue des effectifs et des idées qui a enfoncé le clou de cette certitude: l’avenir du mouvement olympique ne se fera pas sans les CNOs. Sheikh Ahmad l’a expliqué à sa manière, toujours très pédagogique: « Pour imager les choses, je dirais que la tête de notre mouvement est représentée par le CIO, sa main droite par les Fédérations internationales et sa main gauche par les Comités nationaux olympiques. »

Tenue avec fermeté par Sheikh Ahmad, la main gauche en question n’a sans doute jamais semblé aussi solide. Elle sera prochainement habillée d’un nouveau logo, dont le Conseil d’administration a approuvé lundi 31 mars la couleur et le design. L’ACNO prendra prochainement ses quartiers dans des locaux flambant neufs, situés à Lausanne. Un budget de 20 millions de dollars a été alloué pour l’achat de l’immeuble et couvrir les frais de rénovation, équipement et décoration. « Nous devrions y parvenir sans atteindre cette somme », a prédit Sheikh Ahmad.

L’ACNO peut désormais compter sur une batterie complète de commissions, neuf au total, réunies à Koweït City pour la première fois depuis la création de l’Association, 31 ans en arrière. « Il n’est jamais trop tard, mais j’en suis très fier », a plaisanté Sheikh Ahmad. Elle possédera bientôt, surtout, son propre calendrier sportif. Le premier événement, les Jeux Mondiaux de Plage (World Beach Games), se tiendra en 2015, en collaboration avec SportAccord. Les détails en seront donnés en juillet prochain, mais Sheikh Ahmad a assuré que la compétition avait déjà un programme, un format et plusieurs villes candidates. Une soirée de gala sera également organisée annuellement sous l’égide de l’ACNO, peut-être dès 2014.

Et le CIO, dans tout cela? La présence de Thomas Bach à Koweït, où il a posé rapidement ses malles avant de rejoindre le Qatar puis filer vers les Emirats, atteste de l’entente cordiale entre la « tête » du mouvement et sa « main gauche. » Sheikh Ahmad l’a dit et répété: « Les projets et l’agenda de l’ACNO sont tous approuvés par le CIO. Ils se feront sous sa coordination. Nos relations sont très proches. » Puis le dirigeant koweïtien a promis, avec son éternel sourire: « Nous voulons devenir l’une des organisations les plus fortes du mouvement olympique. Dans deux ans, tout ce que nous mettons actuellement en place sera finalisé. » Plus personne n’en doute.

ActualitésVoir toutes les actualités