Judo - 20/09/2019

L’Iran crie à l’injustice

La Fédération iranienne de judo n’a pas tardé à réagir à sa suspension infligée par l’instance internationale de la discipline (IJF), pour avoir intimé à l’un de ses athlètes, Saeid Mollaein, de perdre à dessein lors des derniers Mondiaux pour ne pas avoir à rencontrer un adversaire israélien. Arash Miresmaeili, son président, a dénoncé la sanction, estimant qu’elle était « précipitée et injuste ». Interrogé par l’agence de presse iranienne Irna, le dirigeant a expliqué que cette suspension était le résultat d’un « scénario écrit d’avance et l’un de nos athlètes, malheureusement, s’est retrouvé impliqué et a amplifié le problème ». La Fédération iranienne peut faire appel de la décision de l’IJF devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans un délai de 21 jours. Pas sûr, pourtant, qu’elle décide d’entamer une telle démarche. Arash Miresmaeili a confié vouloir « suivre l’affaire diplomatiquement », mais sans donner plus de détails sur la manière de le faire.

ActualitésVoir toutes les actualités