Candidatures - 28/06/2018

A Graz, les Jeux d’hiver 2026 pourraient rapporter gros

Les derniers seront-ils les premiers, dans la course aux Jeux d’hiver en 2026 ? A Graz, en Autriche, où l’idée de se lancer dans l’aventure d’une candidature a été annoncée à la fin du mois de janvier, quelques semaines seulement avant la date limite fixée par le CIO pour se manifester, les choses avancent bon train. Les clignotants passent au vert.

La nouvelle du jour est contenue dans une très sérieuse étude de faisabilité menée par trois établissements universitaires autrichiens. Après une enquête de trois mois, elle est parvenue à la conclusion que l’organisation des Jeux d’hiver en 2026 à Graz et Schladming, dans la province de Styrie, serait « parfaitement faisable ». Mieux : l’événement olympique ne présenterait quasiment aucun risque de surcoût ou de dérapage budgétaire.

Les trois équipes d’universitaires ont planché sur les chiffres. Elles ont ajouté et soustrait. En bas de page, leurs résultats semblent presque trop beaux pour y croire. Le projet Graz 2026, construit comme tous ses concurrents autour du sacro-saint principe d’une utilisation massive d’équipements déjà existants, coûterait seulement 1,137 milliard d’euros. Trois fois rien, ou presque. Un budget qui pourrait être entièrement financé par des fonds privés : subvention du CIO, marketing, billetterie et merchandising. Le contribuable ne serait pas sollicité.

Dans la colonne des recettes, l’étude autrichienne se révèle tout aussi favorable à une candidature. Les Jeux d’hiver en 2026 rapporteraient au moins 1,67 milliard d’euros. En clair, ils seraient profitables. L’événement pourrait même créer jusqu’à 24 000 emplois.

Avec une telle étude, les porteurs du projet peuvent avancer en bombant le torse. Leur dossier s’appuie sur la tradition autrichienne des sports d’hiver. Il se révèle peu coûteux. Il semble de taille à mettre en pleine lumière une ville, Graz, et une région, la Styrie, encore peu connues à l’étranger.

Seul ennui : la candidature autrichienne pourrait devoir affronter l’obstacle périlleux d’un référendum. Officiellement, rien n’est encore acquis. Mais le Parti communiste autrichien a lancé une pétition pour contraindre les autorités à organiser une consultation populaire. Selon les textes, elle doit réunir au moins 10 000 signatures pour atteindre son but. Elle en serait assez proche.

En octobre dernier, un référendum sur la candidature d’Innsbruck aux Jeux d’hiver en 2026 avait renvoyé le projet du Tyrol aux oubliettes. Le non aux JO l’avait emporté avec plus de 53% des suffrages. Le dossier présentait pourtant toutes les garanties. Une étude de faisabilité l’avait jugé solide et réaliste.

ActualitésVoir toutes les actualités