Candidatures - 18/07/2017

En Allemagne, la flamme des Jeux brûle toujours

Hasard ou pas? Coïncidence ou subtil timing? Deux informations venues d’Allemagne, presque coup sur coup, suggèrent en ce début de semaine un regain d’intérêt pour la cause olympique au pays du président Thomas Bach. La première est médiatique. La seconde évoque une possible candidature aux Jeux d’été.

Les médias, d’abord. Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, l’un des premiers quotidiens allemands, les discussions auraient repris entre le groupe américain Discovery, propriétaire des droits de télévision pour l’Europe des Jeux entre 2018 et 2024 (contre un chèque au CIO de 1,3 milliards d’euros), et les deux chaînes publiques, ARD et ZDF. Elles porteraient sur les Jeux d’hiver de PyeongChang 2018. Mais, toujours selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, les négociations engloberaient également les éditions suivantes.

Rappel des faits. Après avoir raflé la mise auprès du CIO pour les droits européens des Jeux, le groupe Discovery (propriétaire d’Eurosport) a fait la tournée des acheteurs éventuels dans les pays européens. En Allemagne, sa tournée l’a conduit tout naturellement à l’automne dernier chez ARD et ZDF, diffuseurs historiques des Jeux.

Mais, problème, les discussions ont rapidement buté sur la question du prix. Discovery voulait 150 millions d’euros. Les deux groupes audiovisuels publics se sont refusés à aller plus haut que 100 millions. En novembre 2016, ARD et ZDF ont fait savoir qu’elles ne diffuseraient pas les Jeux d’hiver en 2018. Une première. Fin de l’histoire.

Mais la parenthèse ne semble pas avoir été tout à fait refermée. Les négociations ont repris entre les trois parties, motivées par l’approche d’un événement, PyeongChang 2018, que le groupe américain cherche à rentabiliser, et sur lequel dans le même temps les deux chaînes allemandes envisagent de moins en moins de faire l’impasse.

L’autre actualité olympique venue d’Allemagne projette le pays dans un avenir moins immédiat. A l’horizon 2032. Armin Laschet, le président de l’Etat de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le land le plus peuplé et le plus riche du pays, a dévoilé un ambitieux projet de candidature aux Jeux d’été. Double vote 2024-2028 oblige, il porte sur les JO en 2032. Et il s’annonce assez inédit.

 

 

Préparé pendant plusieurs mois, le dispositif allemand imagine les Jeux d’été les plus éclatés de l’histoire (photo ci-dessus). Très fortement marqué « Agenda 2020 », il saupoudre les épreuves sur l’ensemble de l’état, avec le nombre record de 13 villes concernées. Parmi elles, les inévitables Düsseldorf, Dortmund, Cologne et Bonn, ancienne capitale du pays, siège du Comité international paralympique (IPC). Mais également, pour compléter le tableau, Aachen, Duisbourg, Essen, Gelsenkirchen, Krefeld, Leverkusen, Mönchengladbach, Oberhausen et Recklinghausen.

A 15 ans de l’événement, le dossier allemand assure que les installations sportives sont déjà prêtes à 80%. Au total, il inclut 16 stades et 24 salles existants. En revanche, la question du village des athlètes n’a pas encore été tranchée.

Détail important: les Jeux d’été en 2032 devraient être attribués par le CIO lors de sa session du mois de septembre 2025. Une année qui marquera le terme du mandat de Thomas Bach à la présidence de l’organisation olympique. L’Allemand n’aura pas le droit de vote. Mais en contribuant, par son influence et son réseau, à ramener les Jeux en Allemagne 60 ans après Munich 1972, il partirait en héros national.

ActualitésVoir toutes les actualités