Candidatures - 17/03/2017

Pour le double vote 2024-2028, le CIO accélère encore

Cette fois, l’affaire est sérieuse. Et, par un effet direct, le paysage soudain très brumeux. Réunie depuis la veille dans la ville sud-coréenne de PyeongChang, la commission exécutive du CIO a décidé, ce vendredi 17 mars, de pousser plus en avant sa réflexion sur un double vote 2024-2028 lors de la session du mois de septembre 2017 à Lima.

Le sujet figurait en bonne place à l’ordre du jour de la deuxième journée de cette première réunion de l’année de l’exécutif du CIO. Il a été discuté peu de temps avant la fin des débats. Une forme de dessert pour les plus influents des officiels de l’organisation olympique. Précision: les deux membres américaines présentes à la réunion, Anita DeFrantz et Angela Ruggiero, toutes les deux très impliquées dans la candidature de Los Angeles aux Jeux de 2024, ont été fort logiquement priées de quitter la salle le temps de la discussion.

Concrètement, il a été décidé par la commission exécutive du CIO de former un groupe de travail appelé à se pencher sur une réforme du processus de candidature des villes pour les Jeux olympiques. Preuve de l’importance du sujet, et de son caractère exceptionnel: le groupe en question sera dirigé par les 4 vice-présidents de l’organisation olympique, l’Australien John Coates, le Turc Uğur Erdener, l’Espagnol Juan Antonio Samaranch JR et le Chinois Yu Zaiqing.

Les quatre dirigeants auront carte blanche pour faire avancer leur réflexion. Thomas Bach l’a expliqué en conférence de presse, ce vendredi, au terme de la réunion de la commission exécutive: il appartiendra au groupe de travail de décider s’il doit, ou non, consulter les équipes de Los Angeles et Paris au cours de son investigation sur la réforme du processus de candidature.

Dans tous les cas, le quatuor présentera les conclusions de son travail à l’occasion du briefing des villes candidates, prévu les 11 et 12 juillet à Lausanne. Thomas Bach a précisé qu’il n’avait pas encore été décidé si une double attribution des Jeux en 2024 et 2028 lors de la session de Lima serait soumise au vote de l’ensemble des membres de l’organisation. Mais il a confié qu’un tel changement n’était pas, à sa connaissance, contraire à la Charte olympique. « Mon sentiment est qu’elle est suffisamment souple » pour autoriser une telle réforme, a suggéré le président du CIO.

Thomas Bach n’en fait pas mystère: tout est désormais possible dans la course aux Jeux de 2024. « Toutes les options sont sur la table, y compris celle d’un double vote pour 2024 et 2028 », a-t-il résumé. Il reste moins de six mois avant le vote de la session du CIO, prévu le 13 septembre, mais l’organisation n’écarte pas la possibilité de modifier les règles. Los Angeles et Paris ne cessent de répéter, depuis plusieurs mois, être intéressées par les Jeux de 2024 et seulement les Jeux de 2024. Mais la commission exécutive ne semble pas disposer à tenir compte de leur insistance.

Paradoxe: trois des quatre vice-présidents invités à porter le dossier n’ont pas fait mystère de leur réticence, voire leur hostilité, à un double vote en septembre prochain. Interrogés par Insidethegames, John Coates, Uğur Erdener et Yu Zaiqing, s’étaient déclarés opposés à une telle réforme. Une position facile à interpréter pour au moins deux d’entre eux. L’Australien John Coates n’exclut pas une candidature de Brisbane pour les Jeux de 2028. Uğur Erdener pourrait lancer une nouvelle tentative d’Istanbul pour la même échéance. Curieux.

 

ActualitésVoir toutes les actualités