Événements - 24/07/2013

A Nice, les Borlée dîneront en famille

Grande première mondiale, en septembre prochain, aux Jeux de la Francophonie 2013 à Nice : quatre membres d’une même famille prendront part aux épreuves d’athlétisme. Leur nom : Borlée. Kevin et Jonathan, les deux jumeaux, les plus connus du clan, spécialistes du 400 m mais alignés sur 200 m. Dylan, le plus jeune, 21 ans, inscrit au 400 m, une épreuve où il vient de faire progresser son record personnel de plus d’une seconde pour le porter à 45’’80. Enfin, Olivia, l’ainée, 27 ans, la seule fille du voyage, alignée sur 100 et 200 m. Précision presque superflue : les trois garçons uniront leurs efforts en relais. Avec une tendance marquée pour le mélange des genres. Jonathan et Kevin cumuleront 4×100 et 4×400 m. Avec Dylan, ils tiendront trois des quatre places du 4×400 m de l’équipe nationale belge.

Avec un peu de réussite, la famille Borlée pourrait repartir de Nice, au lendemain des Jeux de la Francophonie (7 au 15 août), avec une dizaine de médailles dans les bagages. Kevin et Jonathan y disputeront l’une des dernières courses de leur saison, moins d’un mois après les Mondiaux de Moscou (10 au 18 août), où ils visent une place en finale, voire un podium pour Kevin, auteur d’un chrono à 44’’73 dimanche dernier aux championnats de Belgique, meilleur temps européen de la saison. Dylan, nouveau venu sur la scène internationale, pourrait y décrocher sa première victoire en grande compétition. Lui aussi aura précédemment posé ses foulées sur la piste du Stade Loujniki de Moscou, où il est engagé en relais. Pour Olivia, longtemps ralentie par des blessures aux tendons d’Achille, les Jeux de la Francophonie constituent le sommet de la saison internationale. La jeune femme espère profiter de la compétition pour relancer sa carrière, après avoir été privée des Jeux de Londres, où la Belgique n’avait pu qualifier son relais 4×100 m.

Olivia, Kevin, Jonathan et Dylan portent tous les quatre les couleurs d’un même club, le White Star. Jacques, le père, en est l’entraîneur. A 55 ans, cet ancien sprinteur passé au 400 m, a représenté la Belgique au Jeux de Moscou en  1980, où il a atteint les quarts-de-finale sur le tour de piste. Edith, la mère, a elle aussi fait carrière dans l’athlétisme, décrochant un titre de championne de Belgique du 200 m à l’âge de 16 ans, sous son nom de jeune fille, Demaertlaere. Jacques et Edith, aujourd’hui divorcés, ont eu cinq enfants. Un seul a choisi une autre voie que la course à pied, la deuxième fille, Alizia. Elle joue au tennis.

 

ActualitésVoir toutes les actualités