— Publié le 30 mars 2016

Paris 2024 veut faire plancher les Français

Candidatures Focus

La candidature de Paris pour les Jeux de 2024 a été présentée dès son premier souffle comme citoyenne et innovante. Elle le sera. Sans craindre, parfois, de briser les codes du genre. Prochaine illustration, dès la semaine prochaine. Mardi 5 avril 2016, l’équipe parisienne lancera au siège du comité national olympique la première réunion de sa vaste opération de “concertation”. L’un des axes majeurs de sa campagne. Un vaste débat public, sans doute l’un des plus longs de l’histoire, destiné à faire plancher les Français pendant plus d’un semestre sur les meilleures idées, propositions et initiatives pour des Jeux à Paris en 2024.

Officiellement, la concertation des Français sur le projet olympique de la capitale a débuté le 17 février avec la mise en ligne sur Internet d’une plateforme dédiée, concertation.paris2024.org. Un début volontairement discret. “Nous n’avons pas encore réellement communiqué sur cette opération”, explique Tony Estanguet, le co-président de Paris 2024. Elle prendra fin le 30 septembre 2016.

Dans l’intervalle, l’équipe de candidature et son agence conseil, Res publica, un cabinet parisien spécialisé en “stratégie et ingénierie de la concertation”, organiseront cinq réunions publiques, dont une à Marseille, ville choisie pour accueillir les épreuves de voile en cas de victoire du dossier parisien. A chaque fois, il sera demandé aux personnes présentes de réfléchir sur les projets et les opérations les plus utiles, originales et innovantes à mettre en place dans le cadre de la candidature. Avant, pendant ou après les Jeux de 2024.

Trois thèmes ont été définis: sport et société; développement économique et territorial; Jeux, fête et participation. Pour chacun d’eux, une série de questions invite les participants à se creuser les méninges. Chaque réunion doit durer au moins 2 heures 30. “Nous aimerions que les gens nous aident à présenter au CIO le meilleur dossier possible”, résume Tony Estanguet.

La première de ces réunions publiques rassemblera au siège du CNOSF, mardi 5 avril, une centaines de jeunes gens et filles âgés de 15 à 25 ans. La “génération 2024”. Etudiants en STAPS, en urbanisme ou à Sciences-Po, lycéens, athlètes… “Nous espérons toucher la diversité, pas seulement en termes d’âges ou de milieux sociaux”, explique Sophie Guillain, directrice associée de l’agence Res publica.

A ces rendez-vous très encadrés, et fortement médiatisés, l’équipe de candidature espère voir le mouvement sportif, les collectivités, le milieu scolaire, voire les associations ou les entreprises, emboîter le pas en se prenant au jeu du brainstorming. Un kit de concertation est téléchargeable sur la plateforme numérique. Les fédérations sportives françaises en recevront chacune un exemplaire. Avec mission de plancher sur le dossier olympique.

Depuis son lancement en ligne, à la mi-février, l’opération a déjà fait germer quelques brassées d’idées. En tête des thématiques les plus abordées par les internautes, les questions de transport et de déplacement. Pas vraiment une surprise. Citons, parmi les trouvailles, la création de pistes cyclables olympiques qui relieraient entre eux les sites olympiques et seraient équipées de stations de vélib.

“Une telle opération de concertation n’a encore jamais été organisée dans le cadre d’une candidature olympique”, avance Tony Estanguet. Nouveau donc incertain. Aux Français, maintenant, de jouer.