— Publié le 7 mai 2014

“Nous saurons réunir le continent africain”

Candidatures Focus

Sam Ramsamy n’est pas seulement l’un des plus anciens, et plus influents, membres du CIO. Le Sud-africain est également le premier militant d’une candidature de l’Afrique du Sud aux Jeux d’été. Il en a expliqué à FrancsJeux le processus et les contours à l’occasion de la Convention internationale du sport en Afrique (CISA), la semaine passée au Cap-Vert.

FrancsJeux: Comment se présente la candidature de Durban pour les Jeux du Commonwealth en 2022?

Sam Ramsamy: Je crois que nous avons, avec Durban, une très belle candidature. La ville est magnifique. Elle possède déjà un grand nombre d’équipements et d’infrastructures sportives. Et certainement assez pour accueillir des Jeux du Commonwealth. Nous n’aurons pas en construire spécialement pour cet événement, car à la différence des Jeux olympiques, les fédérations internationales n’ont pas d’exigences sur les sites de compétition. Une salle de 1000 ou 2000 places peut suffire pour des Jeux du Commonwealth. Pour les Jeux, il en faut au moins 10 000.

Les Jeux de Commonwealth en 2022 pourraient-ils servir de tremplin pour une candidature sud-africaine aux Jeux olympiques?

Comme beaucoup de pays au monde, nous pensons aux Jeux olympiques. Et comme beaucoup, nous avons l’ambition de les organiser. Les Jeux du Commonwealth peuvent être perçus comme un marchepied pour des Jeux olympiques, mais en réalité nous nous voulons établir aucun lien entre les deux événement. Les Jeux d’été sont quatre fois plus grands que les Jeux du Commonwealth. Le cahier des charges y est beaucoup plus précis et exigeant. Mais, en même temps, le soutien économique est plus important et les sponsors plus nombreux. Il n’est pas facile de trouver des partenaires pour des Jeux du Commonwealth.

Dans l’hypothèse où l’Afrique du Sud se porte candidate aux Jeux d’été de 2024, êtes-vous confiant dans sa capacité à rallier tout le continent africain derrière ce projet?

L’Afrique est un continent très coercitif. Mais il est aussi très hybride, avec des cultures et des histoires différentes d’un pays à l’autre. Mais les Africains aiment rechercher dans toute situation le dénominateur commun, qui est que nous sommes avant tout des Africains. Pour cela, je suis convaincu que nous saurons réunir le continent derrière un projet olympique, comme nous l’avons fait pour la Coupe du Monde de football 2010.

Pensez-vous que les problèmes actuels dans la préparation des Jeux de Rio 2016 auront une influence sur la façon dont le CIO choisira la prochaine ville olympique?

Vous savez, le CIO n’est une organisation homogène. Elle est composée de membres qui pensent et décident de façon individuelle. Il est donc très difficile d’anticiper le côté vers lequel elle penchera au moment de voter pour une ville. La décision dépendra de l’influence des comités de candidature, de leur projet et de leurs retombées en termes de marketing. Mais à titre personnel, je ne pense pas que les problèmes de Rio aient un impact sur le choix des futures villes. Je vais vous citer un exemple: en Europe, les retards dans l’organisation des Jeux d’Athènes en 2004 ont beaucoup préoccupé les gens, à l’époque, mais ils n’ont pas empêché Londres de décrocher l’organisation des Jeux de 2012. C’est pourquoi je ne pense pas que la situation actuelle au Brésil puisse handicaper une candidature, africaine notamment, pour les Jeux de 2024.