Candidatures - 04/05/2018

Pour les Jeux de la Jeunesse 2022, le CIO ne veut pas de la Tunisie

Le doute n’est plus permis: l’Afrique obtiendra l’organisation des Jeux de la Jeunesse d’été en 2022. Reste à choisir une ville-hôte. Une course pour laquelle la Tunisie, l’un des quatre pays intéressés, est déclarée hors-jeu.

Christophe Dubi, le directeur des Jeux olympiques au CIO, l’a confirmé jeudi 3 mai à Lausanne, au terme de la réunion de la commission exécutive: quatre pays africains ont manifesté formellement un intérêt pour l’édition 2022 des Jeux de la Jeunesse.

Le Sénégal avait été le premier à avancer la candidature de sa capitale, Dakar, dès le mois de février dernier. Abuja, au Nigéria, a rejoint la compétition. La Tunisie a proposé la ville de Tunis. Enfin, dernier entré, le Botswana postule à son tour avec sa capitale, Gaborone. Quatre pays. Le CIO peut se frotter les mains: sa décision de confier l’événement à l’Afrique suscite les convoitises.

Mais la compétition à quatre pourrait perdre l’un des partants avant même l’attaque du dernier tour. Selon Christophe Dubi, le dossier tunisien n’est pas pris en considération par le CIO. « A ce stade, nous avons décidé de ne pas l’évaluer », a-t-il confié.

En cause, un incident diplomatique survenu le mois dernier à l’occasion des championnats du monde juniors de taekwondo, disputés à Hammamet. Le tribunal de première instance de Tunis a obligé le président de la Fédération tunisienne de taekwondo, en charge de l’organisation de l’événement, à interdire l’accueil et l’hébergement de quatre jeunes athlètes israéliens. Une décision consécutive à une requête déposée par un groupe de militants qui luttent contre la normalisation des relations avec Israël.

Christophe Dubi l’explique: « Nous ne prendrons pas en compte le dossier tunisien pour les Jeux de la Jeunesse tant que le pays ne pourra pas garantir les conditions de participation de tous les athlètes. »

En attendant, la campagne pour l’attribution des JOJ 2022 se résume au Botswana, au Nigéria et au Sénégal. Une commission d’évaluation, conduite par le Français Antoine Goetschy, se rendra dans chacun des trois pays à partir de la semaine prochaine.

Le choix de la ville-hôte se fera lors de la session du CIO en octobre prochain, en marge des Jeux de la Jeunesse 2018 à Buenos Aires.

 

ActualitésVoir toutes les actualités