Candidatures - 17/12/2013

Deux Français sur trois veulent les Jeux à Paris

Après le temps de la consultation, et avant celui de la décision, l’heure est aux sondages pour le mouvement sportif français sur la question d’une candidature aux Jeux d’été de 2024. Le premier d’entre eux a été réalisé par la société SportLab, entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre. Une étude en ligne, menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, âgées de 15 ans ou plus. Ses résultats laissent peu de place au doute: 67,2% des personnes interrogées sur disent très ou assez favorables à ce que la France organise les Jeux olympiques d’été en 2024.

Plus de deux Français sur trois se déclarent donc, en cette fin d’année 2013, pour une candidature française. Et ils sont 64% à souhaiter que ces Jeux se déroulent à Paris. Plus surprenant: ce soutien populaire sans nuance s’avère plus massif encore chez les plus jeunes des internautes sondés par SportLab. Pas moins de 84,4% des 15-24 ans se déclarent favorables au projet olympiques. Autre surprise: les Franciliens, a priori les plus concernés par une candidature, se révèlent encore plus enthousiastes que le reste des Français (68,2% d’avis favorables ou très favorables). Preuve que les Jeux continuent à attirer la jeunesse. Preuve, également, que la perspective de voir l’événement se dérouler sous ses fenêtres compense largement les contraintes liées aux travaux des sites olympiques.

A ce stade du processus, les résultats de ce premier sondage d’opinion ont une valeur très relative. La France n’est pas candidate. Elle ne le sera pas, dans tous les cas de figure, avant de longs mois. Sonder les Français revient donc à les interroger sur une idée au conditionnel et un scénario encore flou. Mais le CIO le répète à l’envi: le soutien d’une population reste l’un des atouts les plus décisifs pour une candidature olympique. « Pour avoir des chances de l’emporter, un projet olympique original et crédible doit être soutenu par toutes les composantes du pays« , déclarait récemment Guy Drut à FrancsJeux. « Je ne serais pas personnellement opposé à une consultation régionale sur la volonté de se lancer dans la course aux Jeux d’été« .

Se lancer dans l’aventure au mépris de l’opinion revient en effet à foncer vers l’échec. Saint-Moritz et Munich, deux candidates présumées aux Jeux d’hiver de 2022, en ont fait les frais. Dans les deux cas, le projet olympique avait été soumis à un référendum. Dans les deux cas, la population a voté contre. La Suisse et l’Allemagne ont remballé leurs belles idées et renoncé à l’aventure

ActualitésVoir toutes les actualités