Institutions - 25/04/2013

Lima, le dernier endroit où faire campagne

Les apparences peuvent être trompeuses. Officiellement, la 15ème Conférence mondiale du CIO sur le sport pour tous, qui se tient actuellement à Lima (24 au 27 avril), traite des bienfaits d’une activité physique, de l’importance de se doter d’installations sportives et du rôle que peut jouer le sport dans la société. « Une priorité », a assuré à FrancsJeux le Sud-Africain Sam Ramsamy, président de la commission Sport pour tous au sein de l’institution olympique. Sûrement.

Mais, comme souvent, les vrais débats se tiennent en coulisses. A un peu plus d’un mois du prochain SportAccord, et à moins de vingt semaines de l’Assemblée générale du CIO, ce vaste rassemblement de dirigeants sportifs, d’experts et de personnalités s’apparente à un sommet de campagne. La capitale du Pérou rassemble plus de candidats, pour une élection ou une autre, qu’une réunion de l’OTAN.

Certains s’en cachent. Bernard Lapasset, lui, joue cartes sur table. Le président français de l’IRB, candidat déclaré à la présidence de SportAccord, a fait le voyage vers Lima avec cet objectif : « Rencontrer beaucoup de monde, car je veux que ma démarche soit la plus transparente possible. » Son rival, le Roumain Marius Vizer, président de la Fédération internationale de judo, s’y prend différemment. Il a expliqué au quotidien Le Monde qu’il voulait « coordonner les actions du sport pour tous, le sport pour les enfants et des projets sociaux. » Une autre façon de se saisir de l’opportunité de la Conférence du CIO au Pérou pour faire entendre sa voix.

Autre bataille, encore plus acharnée : la course aux Jeux de 2020. Madrid, Tokyo et Istanbul sont présents, plus ou moins visibles, à Lima. Avec, roulé sous le bras, un beau discours vantant les vertus du sport pour tous et leurs atouts dans le domaine. Les Turcs étalent leurs chiffres avec des airs de premiers de la classe : « Le pays compte 31 millions de jeunes, a expliqué Hasan Arat, le patron du comité de candidature. Organiser les Jeux de 2020 à Istanbul aurait un impact considérable sur cette jeunesse, sur son intérêt pour le sport et pour son envie de pratiquer une activité physique. »

Enfin, la Conférence mondiale du CIO se révèle également un parfait terrain de jeu et d’influence pour les candidats, déclarés ou pas, à la succession de Jacques Rogge à la tête de l’institution. Un seul, le Suisse Denis Oswald, président de la Fédération internationale d’aviron, compte parmi les orateurs de la manifestation. Son intervention, ce jeudi après-midi, porte sur le rôle des fédérations sportives dans la société. Elle sera très écoutée…

– Crédit photo: IJF

ActualitésVoir toutes les actualités