Institutions - 28/02/2013

« L’Europe doit se faire mieux entendre dans le cyclisme mondial »

francophonie influence

 

Fraîchement réélu pour 4 ans à la tête de la Fédération française de cyclisme, David Lappartient s’attaque maintenant à un défi aux dimensions plus larges : la présidence de l’Union européenne de cyclisme (UEC), dont l’élection se déroule dimanche 4 mars à Paris. Une ambition continentale dont ce Breton de 39 ans explique à FrancsJeux.com les raisons et les enjeux.

FrancsJeux : Pourquoi vouloir briguer la présidence de l’Union européenne de cyclisme ?

David Lappartient : Pour plusieurs raisons. D’abord, parce que j’estime que la voix de l’Europe doit se faire mieux entendre dans le cyclisme mondial. Notre continent demeure le berceau de ce sport, il accueille aujourd’hui environ 85% des épreuves du calendrier international, toutes disciplines confondues. Je crois aussi que, au moment où le cyclisme traverse une crise grave, l’Europe peut servir d’aiguillon pour faire avancer certaines idées, notamment dans le domaine de l’éthique. Nous devons être aux côtés de l’UCI pour sortir de cette crise. Par ailleurs, je suis opposé à l’idée de créer dans notre sport une ligue fermée. Cette idée fait son chemin. Je veux m’y opposer. Je peux y parvenir en étant à la tête de l’UCI. Dans le même esprit, je suis opposé à l’utilisation des oreillettes dans le peloton, surtout dans le contexte des paris sportifs. Et mes chances de me faire entendre seront plus grandes comme président de l’UEC que dans mon rôle actuel de premier élu de la Fédération française.

Deux candidats se présentent à l’élection présidentielle de l’UEC : Andreï Tchmil, l’ancien coureur moldave, vainqueur de Paris-Roubaix, et vous-mêmes. Comment jugez-vous vos chances de l’emporter ?

Mes chances sont réelles. Dans le cas contraire, je n’y serais pas allé. Mais dans ce genre d’élections, certains pays soutiennent les deux candidats. Il faut donc se méfier des rumeurs.

Qu’est-ce qui vous distingue le plus de votre rival, Andreï Tchmil ?

Notre parcours, d’abord. Il a été coureur professionnel, ancien numéro 1 mondial. Moi, je viens de la base du cyclisme, du monde des dirigeants et des bénévoles. Sans vouloir dénigrer son pays, je représente aussi l’une des plus grandes nations du vélo. Nous n’avons pas non plus la même vision du cyclisme. Pour être impliqué, comme président de la Fédération française, à tous les niveaux de la pyramide, je crois avoir une vue plus large des choses.

Diriger l’UEC peut-il vous servir de marchepied pour briguer un jour la présidence de l’UCI ?

Aujourd’hui, je brigue la présidence de l’UEC. Je ne suis pas candidat à l’UCI. En plus, aucun président de l’Union européenne n’a pu, dans le passé, accéder à la tête de l’Union cycliste internationale. Mon ambition, aujourd’hui, est de voir mes idées entendues et écoutées. Je veux redonner à l’UEC un rôle plus large que seulement l’attribution des championnats d’Europe. Mais, cela étant dit, je n’affirme pas non plus que je ne serai jamais candidat à l’UCI.

ActualitésVoir toutes les actualités