— Publié le 18 novembre 2021

Les hockeyeurs chinois bientôt fixés

Pékin 2022

Rien n’est fait. Selon Luc Tardif, le nouveau président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), la présence de la Chine dans le tournoi masculin des Jeux de Pékin 2022 n’est pas encore acquise. Mais la décision sera très bientôt prise, sans doute dès la semaine prochaine. “La décision nous revient, a expliqué le dirigeant français, cité par Sportsnet. Nous sommes d’accord avec le CIO sur cette question.” Qualifiée d’office en qualité de pays-hôte, la Chine occupe actuellement la 32ème place du classement mondial. Le tirage au sort du tournoi olympique l’a placée dans la même poule que le Canada, les Etats-Unis et l’Allemagne, trois équipes qui seront renforcées par leurs joueurs évoluant en NHL. Sauf miracle, la Chine quittera la compétition sans le moindre point. Mais l’IIHF n’a jamais fait mystère de ses craintes de voir l’équipe chinoise enchaîner les corrections, un scénario qui, selon Luc Tarif, ne serait bon ni pour la Chine, ni pour le hockey sur glace. Après avoir laissé entendre que la Chine pourrait perdre sa place, faute d’afficher un niveau de jeu à la hauteur d’un tournoi olympique, Luc Tardif avait assuré au début du mois de novembre à l’agence Reuters que la menace de son retrait était levée. Aurait-il changé d’avis ? “En réalité, je ne voulais pas créer un séisme diplomatique à peine arrivé à la présidence de l’IIHF, explique-t-il aujourd’hui. Nous voulions être certains d’être sur la même ligne avec le CIO. Et c’est le cas. La Norvège est prête“. Onzième au classement mondial, la Norvège est la nation la mieux classée à ne pas avoir décroché son billet pour les Jeux. Elle serait la première bénéficiaire d’une décision de l’IIHF de retirer la Chine du tournoi des Jeux d’hiver de Pékin 2022. Avant de trancher définitivement la question, l’instance internationale a demandé aux joueurs éligibles pour l’équipe chinoise de disputer cette semaine deux matchs de préparation avec le Kunlun Red Star, une formation de la KHL, contre deux autres équipes de cette même la ligue continentale. Lors de la première de ces deux rencontres tests, jouée contre les Russes de l’Amur Khabarovsk, les Chinois ont remonté un déficit de 4 buts, pour finalement s’incliner 5-4. La seconde, disputée mercredi 17 novembre, a été perdue par les Chinois 4-1 face à une autre formation russe de la KHL, le HK Avangard Omsk.