— Publié le 4 février 2021

L’appel au boycott gagne le Sénat américain

Pékin 2022

Hasard du calendrier ? Pas sûr. Alors que le compte-à-rebours marque très précisément J – 1 an avant les Jeux d’hiver de Pékin 2022, ce jeudi 4 février, l’appel au boycott de l’événement olympique gagne le Sénat américain. Plusieurs sénateurs ont introduit, mercredi, un projet de résolution pour demander au CIO de retirer l’organisation des Jeux d’hiver 2022 à la Chine. Il évoque les “violations flagrantes des droits de l’Homme” perpétrées par les autorités chinoises. La résolution est portée par sept sénateurs républicains. Elle appelle le CIO à confier l’événement à un pays plus respectueux des valeurs défendues par le mouvement olympique. Commentaire de l’un des sénateurs, Rick Scott : “La Chine commet un génocide contre les Ouïghours au Xinjian, restreint les droits de l’Homme à Hong Kong et menace Taïwan.” Les sénateurs américains rejoignent un mouvement lancé depuis plusieurs mois par un nombre croissant d’associations, dont le Congrès mondial des Ouïghours, qui appellent à un boycott des Jeux de Pékin 2022. Elles seraient aujourd’hui environ 180 à tenter de faire pression sur l’instance olympique. Elles expliquent dans une lettre ouverte que « le président Xi Jinping s’est livré à une répression sans frein des libertés et droits humains » depuis l’attribution en 2015 des prochains Jeux d’hiver à la Chine. Leurs experts des questions chinoises assurent qu’un million de Ouïghours seraient actuellement internés dans des camps du Xinjuan. La Chine dément, sans surprise, expliquant qu’il ne s’agit pas de camps d’internement, mais de centres de formation professionnelle destinés à les aider à trouver un emploi. Face à la pression grandissante, le CIO joue la conciliation. L’instance basée à Lausanne assure que la question des droits de l’Homme « était et est toujours l’objet de discussions avec le gouvernement et les autorités locales” chinoises.