— Publié le 8 juillet 2022

La FINA va mener l’enquête

Natation

Etrange affaire. La Fédération internationale de natation (FINA) a annoncé via un communiqué envoyé aux médias, jeudi 7 juillet, avoir ouvert une enquête après les déclarations d’une nageuse canadienne, Mary-Sophie Harvey (photo ci-dessus), qui aurait été droguée lors de la soirée de clôture des Mondiaux 2022 à Budapest. Médaillée de bronze avec le relais 4×200 m canadien, Mary-Sophie Harvey a révélé sur son compte Instagram s’être réveillée “complètement perdue” le lendemain de la soirée, le corps couvert de “dizaines de bleus“. A son retour à Montréal, après la fin des compétitions, elle a confié aux médias canadiens ne conserver aucun souvenir d’une période de “quatre à six heures” de la soirée, où se trouvaient la majorité des participants aux Mondiaux et d’autres invités. “Au total, j’ai pris quatre verres durant toute la soirée, ce qui n’est pas énorme“, a-t-elle expliqué. Mais elle a laissé ses verres à découvert sur une table. “Quelque chose aurait pu être mis dans un de mes verres à ce moment-là, parce que ça a vraiment été le jour et la nuit en quelques minutes, a raconté la jeune femme. Une de mes amies m’a dit que je m’occupais de certaines personnes, puis après, elle m’a trouvée dans la rue.” La nageuse canadienne a passé une grande partie de la soirée avec des membres de l’équipe de France. C’est une nageuse tricolore, qui la cherchait depuis un moment, qui l’a découverte à l’extérieur. La Française est allée chercher deux personnes pour l’aider. A leur retour, Marie-Sophie Harvey était inconsciente. La FINA rappelle dans son communiqué avoir adopté en 2021 une série de mesures destinées à protéger les athlètes. L’instance indique également avoir désigné un enquêteur indépendant pour plancher sur cette affaire.