Cyclisme - 23/01/2020

Magné trouve refuge en Indonésie

On le croyait effacé définitivement de la carte du cyclisme mondial, après avoir été licencié en novembre par l’UCI pour « perte de confiance » à la suite de « faits sérieux« , mais l’ancien pistard français Frédéric Magné a déjà trouvé un exil. L’AFP révèle qu’il vient d’être recruté comme consultant par la Fédération indonésienne de cyclisme (ICF). L’arrivée de l’ancien directeur du Centre mondial du cyclisme (CMC) d’Aigle, en Suisse, a été annoncée au cours d’une conférence de presse mardi 21 janvier en Indonésie, selon les comptes Instagram et Facebook de l’ICF. Le président de l’instance indonésienne, Raja Sapta Okthori, également à la tête du comité national olympique, a précisé que Frédéric Magné sera également impliqué dans la candidature de Jakarta pour les Jeux d’été en 2032. L’ancien coureur français est pourtant toujours sous le coup d’une enquête de la commission d’éthique de l’Union cycliste internationale. Bernard Foucher, son président, a expliqué à l’AFP que la commission en question pourrait saisir la commission de discipline, laquelle peut « prononcer au maximum une interdiction de prendre part à toute activité liée au cyclisme et organisée par l’UCI. » L’organisation internationale a annoncé en novembre que Frédéric Magné, accusé notamment de harcèlement et d’abus de pouvoir sur des stagiaires et des employés, avait été licencié sur la base « d’informations et témoignages faisant état de faits sérieux. »

ActualitésVoir toutes les actualités