— Publié le 18 juillet 2022

Pour Paris 2024, Allianz se veut au TOP

Événements Focus

A deux ans des Jeux de Paris 2024, les partenaires mondiaux du CIO accélèrent le pas. Avec la volonté de profiter à fond du prochain rendez-vous olympique et paralympique pour activer un partenariat mondial rendu difficile par les conditions sanitaires aux Jeux de Tokyo 2020 puis Pékin 2022.

Dernier arrivé dans le programme TOP du CIO, le groupe d’assurances Allianz n’a connu des Jeux, depuis son entrée dans le cercle étroit des sponsors mondiaux, que leur version en mode COVID. Pas simple. Pour Paris 2024, l’assureur basé en Allemagne s’est déjà mis en ordre de bataille. Avec quels moyens ? Pour quels résultats ? Marie-Doha Besancenot, la directrice RSE, marque et communication chez Allianz France, a répondu aux questions de FrancsJeux.

FrancsJeux : Comment avez-vous vécu les Jeux de Tokyo 2020 et Pékin 2022, où le groupe Allianz faisait ses débuts en qualité de partenaire mondial du CIO au sein du programme TOP ?
 
Marie-Doha Besancenot : Il s’agissait des premiers, en effet, puisque le partenariat entre Allianz et le CIO couvre la période 2020-2028. Mais le groupe était déjà présent comme partenaire des Jeux paralympiques depuis 2006, avant de devenir en 2011 premier partenaire de l’IPC. A Tokyo comme à Pékin, l’expérience a été évidemment très particulière – en raison de la crise sanitaire – avec des possibilités d’activation limitées de notre partenariat mondial avec le CIO. Seuls les collaborateurs directement concernés par les Jeux de Paris 2024 se sont rendus sur place, pour prendre leurs marques. En termes d’activation, nous avons surtout travaillé sur notre équipe d’athlètes. La Team Allianz compte 9 athlètes, olympiques et paralympiques. A l’exception des athlètes confirmés comme Clarisse Agbegnenou et Michaël Jérémiasz, elle est composée pour l’essentiel de jeunes espoirs, qui représentent les nouvelles disciplines olympiques, dont le surf, le breakdance et le BMX. Ils ont été notre premier vecteur d’activation pour Tokyo 2020 et Pékin 2022.
 
Les Jeux de Paris 2024 verront-ils le groupe Allianz accélérer l’allure ?
 
Oui. Ils seront les premiers Jeux en Europe depuis notre entrée dans le programme mondial TOP du CIO. Et le siège du groupe Allianz est en Europe, à Munich. Ce partenariat olympique, et la visibilité internationale des Jeux de Paris 2024, peuvent nous permettre d’atteindre l’ambition fixée par Allianz : intégrer le top 25 des marques les plus reconnues dans le monde. Avec 2 500 points de vente en France, la filiale française du groupe va pouvoir bénéficier de l’avantage d’avoir les Jeux à domicile.
 
Comment active-t-on un partenariat mondial sur un événement comme les Jeux olympiques, où les marques ne sont pas visibles sur les sites de compétition ?
 
Notre activation repose sur trois piliers. Le premier est l’engagement des collaborateurs. Les conditions sanitaires des deux derniers Jeux ne nous ont pas permis d’aller très loin dans ce domaine, mais nous intensifions  les actions pour Paris 2024, en permettant à plusieurs centaines de collaborateurs d’être volontaires sur une dizaine de jours. Le deuxième pilier est le business. Appartenir au programme TOP permet de côtoyer de très grandes entreprises mondiales. Le CIO nous offre également un cadre pour favoriser les échanges. Nous voulons capitaliser sur cette proximité pour développer des activités ensemble. Enfin, le dernier pilier est la marque. Avec les Jeux, Allianz peut franchir un nouveau palier en termes de notoriété et de visibilité. En France, par exemple, la Team Allianz peut y contribuer. Nos agences Allianz France également, avec leur implantation partout sur le territoire. Elles vont être mobilisées et disposent déjà des outils de communication.
 
Faites-vous une différence, dans l’activation de votre partenariat, entre les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques ?
 
Non. Les deux événements constituent un tout. Nous ne faisons pas de différence. La Team Allianz en est la preuve : aux côtés de l’athlète Typhaine Soldé, nous avons accueilli un nouvel athlète handisport pendant les Jeux d’hiver cette année, le skieur alpin Oscar Burnham, pour avoir une équipe représentative de ces deux événements. Nous discutons déjà avec France Télévisions Publicité pour connaître leurs plans Paris 2024 et anticiper un achat d’espaces sur les deux événements, olympique et paralympique.
 
Votre partenariat avec le CIO concerne-t-il également un volet assurance ?
 
Il nous garantit d’être le seul assureur dont le nom est associé aux Jeux olympiques. Pour Paris 2024, nous avons déjà remporté certains appels d’offres. Allianz s’intéresse notamment aux bâtiments construits pour accueillir les JO et à l’assurance des événements sportifs. Pour les Jeux de Rio 2016, nous assurions l’équipe olympique française, dans toutes ses dimensions. Nous avions à l’époque dédié une campagne aux  experts de l’ombre, tous ceux  qui permettent la performance des athlètes, dont les entraîneurs et les kinés.