— Publié le 14 décembre 2016

La Russie privée des Mondiaux de bobsleigh et skeleton

Événements Focus

La machine est lancée. Soumise depuis plusieurs jours à une forte pression de certains des pays les plus influents de la discipline, la Fédération internationale de bobsleigh et skeleton (IBSF) a pris la décision que le mouvement sportif attendait. Elle a retiré à la Russie l’organisation des prochains championnats du monde, prévus du 17 au 26 février 2017 sur la piste olympique de Sotchi.

L’IBSF l’a annoncé mardi 13 février via un communiqué de presse, publié sur son site Internet. Elle explique sa décision par deux raisons:

  • La Fédération veut que le sport soit à l’honneur et pas les discussions ni les accusations, qu’elles soient justifiées ou non.
  • La Fédération a réalisé que le comité d’organisation au centre olympique de Sanki n’aurait pas pu être récompensé de ses efforts pour la présentation de l’événement et l’entretien de la piste.

L’IBSF rappelle à “tous d’agir avec respect, ce qui inclut la présomption d’innocence pour tous les athlètes quel que soit leur pays d’origine, jusqu’à preuve de leur culpabilité.” Très politiquement correct, mais en même temps radical et courageux.

A deux mois de l’arrivée sur place des délégations, la décision de l’IBSF s’avère sans précédent. Mais l’instance dirigeante du bobsleigh et du skeleton ne pouvait décemment pas rester les bras croisés et laisser la polémique enfler.

Avant même la publication du deuxième rapport McLaren, vendredi 9 décembre, les athlètes de la Fédération américaine avaient appelé à un boycott des Mondiaux si l’événement était maintenu en Russie. La Fédération lettone de bobsleigh et skeleton avait poussé encore un peu plus loin le curseur de la contestation, en début de semaine, en annonçant sa décision de renoncer purement et simplement à la compétition, au risque de priver le numéro 1 mondial du skeleton, le Letton Martin Dukurs, d’un possible 5ème titre mondial.

Le comité olympique britannique (BOA) avait ensuite rallié le camp des anti-Russes, par la voix de son nouveau président, Hugh Robertson, assurant qu’il soutiendrait tout athlète choisissant l’option du boycott. Enfin, la Fédération sud-coréenne de skeleton avait elle aussi, selon les médias nationaux, pris la décision de ne pas se rendre à Sotchi en février prochain.

Il reste maintenant à l’IBSF à trouver une alternative à la piste olympique de Sotchi. L’Allemagne s’était déjà déclarée prête à recevoir l’événement, avant même la décision de la Fédération internationale d’en retirer l’organisation à la Russie.