— Publié le 17 septembre 2014

Avec le Mondial de rugby, l’Angleterre veut faire sauter la banque

Événements Focus

Le compte-à-rebours marquera la date symbolique de J – 1 an, jeudi 18 septembre, avant l’ouverture de la Coupe du Monde de rugby en Angleterre. Le match d’ouverture se jouera le 18 septembre 2015 à Twickenham. Il opposera l’Angleterre aux îles Fidji. A douze mois des trois coups, l’événement s’annonce déjà comme le mieux organisé, et à coup sûr le plus rentable, de l’histoire.

Côté organisation, l’équipe d’England 2015 a joué la sagesse et l’expérience en recrutant massivement parmi les anciens des Jeux de Londres 2012. En tête de cortège, Debbie Jevans, la directrice exécutive. Une ancienne joueuse professionnelle de tennis (elle a atteint le 4ème tour à Wimbledon en 1979), directrice des sports des Jeux olympiques et paralympiques de Londres, désignée au printemps dernier par le quotidien The Guardian comme la personnalité féminine la plus influente du sport britannique.

Commentaire de Bernard Lapasset, le président de l’IRB, cité par l’AFP: “Aujourd’hui, la plupart des gens qui sont dans England 2015, le comité d’organisation, étaient dans celui des Jeux olympiques. Ce sont des gens qui sont tout à fait à jour dans les dispositifs d’organisation.”

Côté finances, les clignotants sont tous au vert. A Londres en 2012, les Anglais avaient profité des Jeux pour faire étalage de leur savoir-faire en matière de réussite commerciale. Avec le Mondial de rugby, ils s’apprêtent à récidiver. A un an du premier match, les bénéfices sont estimés par l’IRB à environ 190 millions d’euros, soit 60% de plus que ceux de la Coupe du Monde 2011 en Nouvelle-Zélande. En 2007, la France avait crevé le plafond en dégageant de son Mondial un profit de 153,6 millions d’euros. Les Anglais feront mieux.

Bernard Lapasset ironise: “Il y a un dirigeant britannique qui me disait avec humour avoir pris le modèle français en 2007. Mais en coupant de 10% les dépenses et en augmentant les recettes de 10%.” Elémentaire. Un “détail”: les organisateurs anglais devront reverser environ 100 millions d’euros de leurs recettes à l’IRB.

Reste une inconnue: la billetterie. Elle a débuté le 12 septembre, avec une phase de vente sur internet étalée jusqu’au 29 septembre 2014. Pas moins de 2,9 millions de places sont à vendre, pour les 48 matchs du tournoi. Les organisateurs ont proposé une offre tarifaire attractive, avec des billets allant de 19 à 900 euros, et un tarif réduit pour les enfants. Prudent, le comité d’organisation a renforcé ses systèmes informatiques, pour éviter des achats massifs de revendeurs. “Je n’aime pas voir les billets comme des monnaies d’échanges. Je préfère qu’ils aillent dans les mains de gens passionnés”, a expliqué ainsi Debbie Jevans. Mais un site internet anglais a déjà été condamné: il proposait des billets pour la finale, prévue le 31 octobre à Twickenham, au prix de 1 130 euros.