— Publié le 10 juin 2014

Blatter voudrait arrêter le temps

Institutions Focus

Est-ce bien raisonnable ? Joseph “Sepp” Blatter, le président de la FIFA, devrait profiter du 64ème congrès de la Fédération internationale de football, aujourd’hui et mercredi 11 juin à Sao Paulo, pour annoncer plus ou moins officiellement sa candidature à un nouveau mandat, le cinquième. Précision : le dirigeant suisse avance à bon pas vers ses 79 ans, qu’il fêtera en mars prochain.

Président en exercice depuis 1998, après avoir occupé pendant 17 ans le poste de Secrétaire général, Sepp Blatter ne cache plus son souhait d’un cinquième mandat. Il le dit à sa manière, par petites touches, en mêlant une once de passion (“J’ai le feu sacré”) et un sens aiguisé de la manœuvre. Ainsi a-t-il rejeté les accusions de corruption qui pèsent sur plusieurs dirigeants du Golfe et du continent africain, à propos de l’attribution au Qatar du Mondial 2022, en les qualifiant de “racistes et discriminatoires”. Une façon de se mettre dans les poches un maximum de voix potentielles de ces deux régions du monde.

Selon les dernières infos en provenance du Brésil, le Suisse officialisera sa candidature soit mardi soir lors de la cérémonie du Congrès de la FIFA, soit le lendemain lors des réunions des délégués de la FIFA dit. A ce jour, un seul candidat s’est déclaré dans la course à la présidence, dont le vote est prévu le 29 mai 2015 à Zurich: le Français Jérôme Champagne, 55 ans, ex-vice secrétaire général de la FIFA, ancien bras droit de Blatter. Mais ses chances semblent très réduites.

Reste une question, mais d’importance: l’âge. Sepp Blatter avoue 78 ans. Il en aura une de plus au moment du vote. Et, s’il était élu, il bouclerait son cinquième mandat à plus de 84 ans. Au dernier Congrès de la FIFA, organisé à l’Ile Maurice, Michel Platini était favorable à instauré une limite d’âge à la fonction présidentielle. Sepp Blatter, bien sûr, y était opposé.

Faute d’un consensus, la question a été reportée à l’actuel Congrès de Sao Paulo. Son principe pourrait y être soumis au vote. A moins, option probable, que son enregistrement définitif n’ait lieu que l’an prochain. Dans tous les cas, la période de transition permettre à Sepp Blatter de se présenter à sa propre succession. Michel Platini, son seul rival crédible, veut attendre l’après-Mondial pour annoncer sa décision. Aux dernières nouvelles, il ne serait pas partant.