— Publié le 25 avril 2014

A l’Euro 2016, le Stade de France restera à sa place

Événements Focus

Le football français n’aime plus les surprises. Bonnes ou mauvaises. La 5ème réunion du comité de pilotage de l’Euro 2016 en France a accouché du calendrier du prochain tournoi continental. C’était prévu. Et, sans surprise, elle a révélé que la finale et le match d’ouverture se dérouleraient bien au Stade de France à Saint-Denis.

Jacques Lambert, le patron de l’Euro 2016, l’a précisé et répété: “Nous souhaitions une répartition équilibrée des rencontres entre les différentes villes.” Pas question, donc, de privilégier un stade ou un autre. Michel Platini, le président de l’UEFA, l’a avoué: “Nous avons beaucoup travaillé sur ce calendrier, il n’a pas été facile à construire. Comme vous le savez, il y a eu certaines pressions politiques”.

Précision apportée par Jacques Lambert: la possibilité d’organiser la finale de l’Euro 2016 à Marseille n’a jamais été envisagée. Et pour cause: “Malgré ce qui a pu être dit ou écrit, nous n’avons jamais reçu de candidature de la ville de Marseille pour accueillir la finale.”

Dans le détail, le calendrier de l’Euro 2016 de football révélé vendredi 25 avril répond aux principes suivants:

– Toutes les équipes joueront leurs trois matchs dans trois stades différents

– Le vainqueur et le deuxième d’un groupe pourront uniquement jouer l’un contre l’autre s’ils atteignent la finale

– Les matchs se dérouleront à trois horaires: 15 h, 18 h et 21 h

– Au moins deux jours de temps de repos des pelouses seront imposés entre deux matchs

– 4 matchs auront lieu à Lens, Nice, Saint-Etienne et Toulouse

– 5 matchs à Bordeaux et Paris

– 6 matchs à Lille, Lyon et Marseille

– 7 matchs au Stade de France à Saint-Denis

– Toutes les villes verront 6 équipes différentes, dont au moins deux têtes de série

– La finale et le match d’ouverture se joueront au Stade de France à Saint-Denis, les 1/2 finales à Marseille et Lyon, les 1/4 de finale à Lille, Bordeaux, Marseille et au Stade de France.

Vedette annoncée de ce 5ème comité de pilotage, et de la conférence de presse qui l’a suivi, Najat Vallaud-Belkacem. La nouvelle ministre de la Ville, des Droits des femmes, de la Jeunesse et des Sports a précisé sa vision de l’événement. Une vision, sans surprise, plus large que le seul terrain du football. “Je veux qu’on fasse de cet Euro un moment fédérateur et populaire, qu’on fasse souffler un état d’esprit positif et conquérant”, a-t-elle expliqué.

Najat Vallaud-Belkacem a également annoncé le projet, mené avec le ministère de l’Education nationale, de profiter de l’événement pour organiser un vaste tournoi européen des écoles, baptisé “Mon Euro 2016”. Surtout, elle a expliqué avoir commandé une évaluation des retombées économiques et sociales du prochain tournoi planétaire, “dans la perspective d’une candidature de la France pour un autre grand événement”. Elle n’a pas cité les Jeux olympiques de 2024. Mais tout le monde a compris.