Événements - 18/02/2020

Viser l’or : miser sur le pouvoir fédérateur du sport

A deux ans et huit mois des Jeux de la Jeunesse 2022 à Dakar, le monde entier observe déjà le Sénégal. Avec une question : l’Afrique se montrera-t-elle à la hauteur de son premier événement olympique ?

Le Canada n’attend pas la réponse en se croisant les bras. Dans la perspective des JOJ 2022, le comité olympique canadien (COC) a signé un accord de partenariat le comité olympique du Sénégal. Photi Sotiropoulos, son directeur de la communication et des relations médias (photo ci-dessous), en explique le fondement et les enjeux dans une opinion envoyée à FrancsJeux. Nous la publions dans son intégralité.

« Le Comité olympique canadien fait partie d’un mouvement international qui transcende la simple compétition athlétique et incarne les valeurs olympiques fondamentales que sont l’excellence, le respect et l’amitié.

L’Olympisme représente pour les nations une occasion d’échanger leurs connaissances et leurs expériences. En cette époque de divisions, le sport a le pouvoir unique de rassembler les gens.

Le Canada est une nation sportive qui a par trois fois accueilli les Jeux olympiques et qui a expérimenté le pouvoir de ces Jeux d’unifier un pays et de transformer le paysage sportif. Nous avons donc le privilège de disposer d’un savoir-faire technique, que nous pouvons partager avec de futurs pays hôtes des Jeux et des comités nationaux olympiques.

Au cours des dernières années, le Comité olympique canadien a fait partie de nombreuses discussions avec une coalition de comités olympiques et de fédérations internationales engagés à travailler avec les organisateurs de Jeux, le Comité national olympique et sportif du Sénégal (CNO du Sénégal) et le Comité international olympique (CIO) afin de coordonner et de partager son expertise qui contribuera à utiliser les Jeux pour améliorer la structure sportive du Sénégal à long terme.

C’est dans ce contexte que le Comité olympique canadien a signé un protocole d’entente avec le CNO du Sénégal. Les signataires de ce protocole sont David Shoemaker, chef de la direction et secrétaire général du COC, et Mamadou D. Ndiaye, membre du Comité international olympique (CIO) et président du Comité national olympique et Sportif du Sénégal. La cérémonie de signature s’est déroulée à Dakar en présence du premier ministre canadien Justin Trudeau et du ministre des Sports du Sénégal, Matar Ba.

Dakar doit accueillir les Jeux olympiques de la jeunesse en 2022, la première manifestation olympique à avoir lieu sur le continent africain.

Dans le cadre de ce protocole, le Sénégal et le Canada examineront divers moyens de coopération, ainsi que les possibilités de se prêter main-forte en ce qui concerne la préparation des athlètes, des entraîneurs et des arbitres, le soutien matériel et l’échange de connaissances techniques relatives à l’organisation d’épreuves sportives de grande envergure.

De plus, le protocole d’entente entre le Sénégal et le Canada vise à renforcer les liens d’amitié qui unissent les athlètes des deux pays, l’un et l’autre membres de La Francophonie, et, de façon plus générale, les populations du Canada et du Sénégal, dans un esprit d’interdépendance et de respect mutuel.

Les Canadiens jouissent d’une grande qualité de vie. Notre population compte parmi les plus diversifiées au monde ; néanmoins, nous vivons en harmonie et continuons à accueillir de nouveaux arrivants et à les intégrer avec succès au sein de notre société, souvent grâce au pouvoir rassembleur du sport.

« On ne définit pas un Canadien par sa couleur de peau, sa langue, sa religion ou ses origines, mais par un ensemble de valeurs, d’aspirations, d’espoirs et de rêves que partagent non seulement les Canadiens, mais les gens partout dans le monde. »

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau

Peu importe les conditions de vie initiales ou les origines d’une personne, être Canadien signifie rivaliser sur un pied d’égalité et profiter d’une occasion réelle d’exceller dans un domaine de son choix, à condition de travailler dur et de donner sa pleine mesure.

De même, tout comme l’indique sa charte, le Mouvement olympique « se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple, la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels. »

Les Jeux olympiques de la jeunesse se tiennent tous les quatre ans et alternent entre des compétitions estivales et hivernales, de façon identique aux Jeux olympiques actuels, mais dans l’ordre inverse. Ils sont réservés aux athlètes de 14 à 18 ans.

Les Jeux olympiques de la jeunesse de 2022 à Dakar, qui auront pour thème « L’émancipation des filles par le sport », poursuivront un objectif de pleine égalité entre les sexes.

La population du Sénégal est jeune. Le fait d’accueillir les Jeux de la jeunesse servira de vecteur pour mobiliser la prochaine génération sénégalaise, tout en développant la politique du pays en matière de sport et de jeunesse.

Nous espérons que le savoir-faire et les valeurs du Canada participeront au succès des Jeux de Dakar, ce qui aidera à établir un legs positif pour l’avenir de la jeunesse et des sports au Sénégal.

Le Comité olympique canadien est fier de contribuer à miser sur le pouvoir du sport ainsi que sur l’influence bénéfique des valeurs olympiques et canadiennes en vue de rendre le monde meilleur. »

ActualitésVoir toutes les actualités