— Newsletter

| | |

— Publié le 23 décembre 2019

A Tokyo, Usain Bolt fait oublier le coût des Jeux

Événements Focus

Combien coûteront les Jeux de Tokyo 2020 ? A 214 jours de l’ouverture, ce lundi 23 décembre, la question n’est toujours pas tout à fait réglée.

Les organisateurs japonais ont publié en fin de semaine passée une nouvelle version du budget olympique. La quatrième. Elle était prévue. Elle n’a surpris personne.

Un chiffre domine le document : 1 350 milliards de yens. Au cours actuel, environ 11,14 milliards d’euros. La facture des Jeux de Tokyo 2020, à quelques jours de basculer dans l’année olympique, autant dire dans le dernier tour de piste.

Dans le détail, la somme sera répartie entre plusieurs payeurs. Le comité d’organisation en paiera la plus grosse part (603 milliards de yens – 5 milliards d’euros). A priori, il en a les moyens, ses recettes en marketing dépassant déjà les 3 milliards d’euros. Précision : son budget est exclusivement privé, assuré par ailleurs par la billetterie et la subvention du CIO.

Le gouvernement métropolitain de Tokyo devra mettre lui aussi la main à la poche. Sa part du financement des Jeux s’élève à 597 milliards de yens (4,9 milliards d’euro). L’argent du contribuable, donc.

Enfin, il restera 150 milliards de yens (1,2 milliard d’euros) à payer par le gouvernement japonais. Là aussi, il s’agit d’argent public.

Pour une fois, cette nouvelle version du budget ne réserve aux Japonais (et par extension au CIO) aucune mauvaise surprise. Elle est semblable, à quelques détails près, à la version précédente. L’inflation des coûts n’est plus d’actualité. L’orage est passé.

Les organisateurs l’ont précisé : un fonds de réserve de 27 milliards de yens (environ 222 millions d’euros) a été prévu pour pallier à d’éventuelles urgences. En tête de liste, les catastrophes naturelles, fréquentes au Japon en toutes saisons. Il pourrait également être utilisé pour financer tout ou partie de la délocalisation à Sapporo du marathon et des épreuves de marche.

La fin de la polémique ? Pas sûr. Selon la Commission de vérification des comptes, un organisme d’état, la part réelle du gouvernement japonais dans le coût des Jeux s’élève en réalité à 1 060 milliards de yens (environ 9 milliards d’euros), soit sept fois plus que la somme affichée dans la dernière version du budget. La Commission de vérification a comptabilisé toutes les dépenses entre l’attribution des Jeux en 2013 et la fin de l’exercice fiscal 2018.

Commentaire de Gakuji Ito, la directeur financier de Tokyo 2020 : « Leur définition des coûts liés aux Jeux est légèrement différente de la nôtre ». Légèrement, le mot peut prêter à sourire…

En attendant de régler leurs feuilles de calcul sur les mêmes valeurs, les Japonais ont pu découvrir samedi 21 décembre le futur stade olympique de Tokyo. L’enceinte a été inaugurée pour de bon, devant 60 000 spectateurs.

Sur la piste, Usain Bolt. Le retraité jamaïcain, alourdi mais tout sourire, a bouclé un relais d’un genre inédit, composé d’athlètes olympiques et paralympiques, actuels ou passés. A l’évidence, il a apprécié l’exercice. « C’était une grande expérience d’être ici et de courir devant tant de gens, a expliqué Usain Bolt en conférence de presse. J’étais heureux et excité parce que je ne pourrai pas participer aux Jeux olympiques. Alors le fait de pouvoir courir sur la piste était une expérience en soi. »