Institutions - 07/06/2019

Ahmad Ahmad rattrapé à son tour par les affaires

La liste s’allonge. Un nouveau nom est venu rejoindre les rangs déjà généreusement fournis des dirigeants dans le viseur de la justice. Il est malgache. Et pèse d’un certains poids dans le mouvement sportif, puisqu’il préside la Confédération africaine de football.

Ahmad Ahmad, 59 ans, le président de la CAF, a été interpellé jeudi 6 juin, en début de matinée, par la police française à son hôtel parisien. Présent dans la capitale à l’occasion du congrès de la FIFA, il a été entendu par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, dans le cadre d’une affaire de corruption sur un contrat avec un équipementier.

Selon les informations de Jeune Afrique, son interpellation serait liée à la rupture unilatérale par la CAF de son contrat avec l’équipementier allemand Puma. A l’initiative du dirigeant malgache, l’organisation africaine aurait fait affaire avec une société française, Tactical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer.

Sur le moment, Ahmad Ahmad avait juré ses grands dieux avoir pris la décision de « façon collégiale et transparente. » Mais l’ex secrétaire général de la CAF, Amr Fahmy, assure que le contrat aurait été favorisé par la proximité entre Ahmad Ahmad et un des dirigeants de l’entreprise française. Il assure également que son surcoût atteindrait 830 000 dollars.

ActualitésVoir toutes les actualités