Événements - 15/11/2018

Pour la notoriété, Paris 2024 fait bande à part

Paradoxe. Les candidatures aux Jeux d’hiver tombent les unes après les autres comme un bataillon de fantassins pris sous la mitraille. Pourtant, l’événement olympique exerce toujours sur le public la même fascination. Paris 2024 en est la plus éloquente illustration.

A l’initiative du site Sponsoring.fr, l’agence Future Thinking France réalise en collaboration avec la société Respondi un baromètre semestriel de la notoriété des événements sportifs internationaux organisés sur le sol français. Sa 9ème édition vient d’être publiée. Elle confirme l’évidence : les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 appartiennent à une classe à part.

L’enquête d’opinion a été menée en ligne, sous la forme d’un questionnaire d’une durée de 12 minutes, auprès d’un échantillon de 1418 personnes. Un millier d’entre elle a répondu. Le sondage a été réalisé entre le 4 et 10 octobre 2018, soit une année et quelques poignées de jours après la désignation de Paris comme ville-hôte des Jeux en 2024.

Derrière ses résultats, une constante : Paris 2024 ne court plus après la notoriété. De tous les événements majeurs prévus en France à court et moyen terme, il est le seul dont le taux dépasse la ligne des 50%. Un année après le vote du CIO, le rendez-vous olympique ne connaît pas de déprime post-natale. Selon le baromètre de Future Thinking, 87% des Français « savent » que la France va organiser les Jeux olympiques d’été en 2024. Mieux : ils sont 68% à être au courant que la capitale recevra également, deux semaines plus tard, les Jeux paralympiques.

En soi, ces chiffres pourraient sembler normaux pour un rendez-vous frappé des cinq anneaux olympiques. Paris va organiser les Jeux, la France le sait. Quoi de plus logique ? Mais la notoriété de Paris 2024 se révèle très supérieure à celle des autres grandes compétitions internationales. A quelques jours de son début, seulement 22% des Français savent que la France accueille le mois prochain les Mondiaux féminins de handball. Ils sont 39%, soit moins de 4 personnes sur 10, à être au courant de l’existence d’une Coupe du Monde féminine de football l’an prochain en France. Plus étonnant : 35% des Français seulement savent que leur pays va organiser en 2023 le Mondial de rugby (donc 65% d’entre eux l’ignorent).

Autre bonne nouvelle pour le COJO : les Français ne se contentent pas de connaître l’existence des Jeux à Paris en 2024. Ils sont presque 7 sur 10 (67%) à déclarer dès aujourd’hui souhaiter assister sur place aux épreuves ou les suivre dans les médias. A la même question, le taux de réponse positive atteint encore 44% pour les Jeux paralympiques.

Pour le reste, les résultats de l’enquête se révèlent assez conformes aux règles du genre. Les Français attendent un « impact positif sur le tourisme à Paris et en Ile-de-France ». Mais ils se montrent inquiets des risques que pourrait faire peser l’événement sur les finances publiques. Rien de nouveau sous le soleil.

Plus embêtant : le discours des organisateurs parisiens sur l’impact des Jeux de 2024 en termes de développement durable ne passe pas. Il passe même de moins en moins. Dans le dernier baromètre, 55% des personnes interrogées avouent ne pas croire que Paris va tenir sa promesse de réaliser les « Jeux les plus écologiques de l’histoire. » Une année plus tôt, ils étaient 45% à se déclarer sceptiques. En avril 2018, la proportion était montée à 50%. Analyse de Benoît Parraud, le directeur du pôle Services de Future Thinking France : « La posture du comité d’organisation de faire de Paris 2024 les Jeux les plus écologiques de l’histoire, les Français ont de plus en plus de mal à croire à cette promesse. On était à 55% il y a un an, aujourd’hui on est à 45%. Les courbes se sont inversées. C’est donc un véritable enjeu pour le comité d’organisation. »

Surprise à la lecture des résultats de l’enquête sur les personnalités les plus associées aux Jeux de Paris 2024. Anne Hidalgo, la maire de Paris, pointe en tête, devant Teddy Riner, Emmanuel Macron, Tony Estanguet et Laura Flessel. A la question de savoir qui incarne aujourd’hui le mieux l’organisation, les athlètes Teddy Riner (judo) et Martin Fourcade (biathlon) devancent Tony Estanguet, Tony Parker et Marie-José Perec. Cinq sportifs actuels ou passés en tête des réponses : Paris 2024 peut se frotter les mains, sa volonté de « mettre les athlètes en avant » a été entendue et comprise par l’opinion publique.

 

ActualitésVoir toutes les actualités