Candidatures - 13/11/2018

La course aux JO d’hiver 2030 perd déjà un concurrent

Mauvais timing. Quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote à Calgary, où doit se décider ce mardi 13 novembre le sort de la candidature aux Jeux d’hiver 2026, un projet olympique nord-américain a été renvoyé aux oubliettes. Lundi 12 novembre, les autorités de Reno et Tahoe, dans le Nevada et en Californie, ont décidé de ne pas poursuivre le processus de sélection d’une ville américaine pour les Jeux d’hiver en 2030.

Leur décision a pris tout le monde par surprise. Reno et Tahoe figuraient dans la dernière liste des trois dossiers retenus par le comité olympique américain (USOC), avec Salt Lake City et Denver, pour présenter une candidature aux Jeux d’hiver en 2030. Une équipe de dirigeants et d’experts de l’USOC devait y effectuer une visite d’inspection avant la fin de l’année. Elle n’en aura plus besoin.

« Nous avons maintenu dès le début qu’une offre de Reno-Tahoe devrait avoir un sens sur les plans économique, environnemental et social, a expliqué Brian Krolicki, le président de la Coalition pour les Jeux d’hiver de Reno Tahoe, dans un communiqué publié lundi 12 novembre. Compte tenu des paramètres et des conditions présentés, nous ne pouvons pas rendre nos chiffres cohérents. Continuer, à ce stade, serait intenable et imprudent. »

Selon plusieurs sources, les porteurs du projet auraient jugé quasi impossible de monter un plan marketing solide et pertinent avec la présence dans le paysage des Jeux d’été 2028 à Los Angeles. Les Californiens ont obtenu du CIO, au moment des négociations sur le double vote 2024-2028, le droit d’exploiter commercialement l’événement entre le 1er janvier 2019 et la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques 2028. Pour l’équipe de Reno-Tahoe, leur force de frappe rendra très difficile le travail de recherche de sponsors d’un autre comité d’organisation olympique.

Avec le retrait du dossier monté par le Nevada et la Californie, l’USOC se retrouve face à une seule alternative : Salt Lake City ou Denver. Une équipe d’évaluation de cinq personnes doit se rendre dans la capitale de l’Utah dès cette semaine pour y rencontrer les porteurs du projet et les autorités locales, dont le gouverneur Gary Herbert et la maire de Salt Lake City, Jackie Biskupski. Elle se rendra ensuite dans le Colorado. Dans le même temps, l’USOC lancera très prochainement un sondage auprès de la population des deux villes en course, afin de mesurer son soutien à la candidature.

A quelques semaines de la décision de l’USOC, Salt Lake City pointe en tête. Jackie Biskupski a rappelé récemment qu’un sondage réalisé l’an passé avait affiché un taux de soutien de 89% à la candidature olympique. Elle a également précisé qu’il n’était pas prévu d’organiser un référendum dans l’éventualité où sa ville soit choisie par l’USOC.

A Denver, en revanche, il se répète depuis plusieurs mois que la candidature aux Jeux d’hiver en 2030 aurait à en passer par l’obstacle d’un vote de la population.

Qui veut-encore des Jeux d’hiver ? Au Canada, la réponse sera apportée dans les prochaines heures. Aux Etats-Unis, elle se pose aujourd’hui avec une brûlante actualité.

ActualitésVoir toutes les actualités