— Publié le 12 février 2016

“Pour Lillehammer, comme un retour vers le futur”

Événements Focus

Jour J pour la deuxième édition des Jeux olympiques de la Jeunesse d’hiver. La cérémonie d’ouverture doit débuter à 19 h 00, ce vendredi 12 février, sur le site de saut à ski “Lysgårdsbakken” de Lillehammer, en Norvège. Elle marquera le top départ de dix journées de compétition dans la ville norvégienne et ses environs. Au total, ces JOJ d’hiver 2016 verront 1 100 jeunes athlètes, représentant 71 pays, concourir dans 70 épreuves à médailles. L’occasion de mêler sport et culture, compétition et partage d’expérience. L’occasion également, pour le CIO, de tester plusieurs nouvelles disciplines, comme le monobob ou le relais simple mixte (1 garçon et 1 fille) en biathlon.

A quelques heures de l’ouverture, le quotidien belge francophone Le Soir a publié ce vendredi 12 février une tribune signée Thomas Bach. Le président du CIO y évoque sa vision des Jeux olympiques de la Jeunesse. FrancsJeux la reprend dans son intégralité.

 

“Ancien athlète moi-même, je me souviens très bien de l’excitation que l’on ressent à l’annonce de la première nomination à représenter son pays. Bon nombre des jeunes athlètes qui participeront ces dix prochains jours aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, à Lillehammer en Norvège, partageront également ce moment très particulier où le sport qui fait leur passion vient à transformer leur vie. Avec un peu de chance, cette expérience sera pour beaucoup d’entre eux un tremplin vers de nouveaux succès dans leur sport et leur vie future. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse relient les jeunes athlètes aux valeurs olympiques que sont l’excellence, l’amitié, le respect et le fair-play – des valeurs qui leur serviront à la fois dans leur sport et dans leur carrière à venir.

C’est exactement ce qui rend les Jeux Olympiques de la Jeunesse uniques. Ces Jeux vont bien au-delà des compétitions sportives, car non seulement ils offrent une expérience inoubliable d’apprentissage des valeurs universelles du sport mais laissent aussi un héritage sur le plan humain. L’idée est de mobiliser les jeunes du monde entier et de les inciter à jouer un rôle actif au sein de leur communauté.

Utiliser le pouvoir du sport pour influer positivement sur sa communauté, telle est la motivation du Belge Lode Goossens qui fait partie des 250 jeunes ambassadeurs et autres animateurs des diverses initiatives pour les jeunes lancées en marge des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016. Dans le club de natation local où il entraîne, il a mis en place un programme destiné à améliorer la mobilité des jeunes nageurs. Il a en effet  observé qu’hors de l’eau, les plus jeunes présentaient certaines faiblesses au niveau de la coordination, du contrôle neuromusculaire et de la stabilité. Son programme comprend des séances d’exercices physiques complémentaires enseignant les fondements du mouvement, une contribution ainsi à la promotion de modes de vie plus sains et plus actifs. Il compte également s’adresser aux parents en leur donnant des éléments et conseils pour encourager leurs enfants à poursuivre ces exercices  physiques.

Pour Lillehammer, ce sera comme un retour vers le futur lorsque les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver vont s’ouvrir vendredi. La ville donnera alors à l’héritage des Jeux Olympiques d’hiver de 1994 une autre dimension.  De nombreuses installations utilisées en 1994 – telles que l’emblématique stade de saut à ski qui accueillera la cérémonie d’ouverture – ont été modernisées, leur donnant ainsi une seconde vie 22 ans plus tard, afin que l’héritage olympique de Lillehammer puisse inspirer une nouvelle génération de jeunes athlètes. Ce faisant, Lillehammer prépare le terrain pour l’avenir. Et la véritable mesure de la portée de cet héritage pour Lillehammer et d’autres villes hôtes des Jeux Olympiques de la Jeunesse  sera l’inspiration que ces Jeux auront su déclencher pour la prochaine génération de jeunes athlètes et citoyens responsables. En investissant dans la jeunesse, ces villes hôtes jettent aussi les bases de leur réussite future sur le plan social. Elles encouragent et valorisent le talent et inspirent la jeunesse par la promotion de valeurs qui lui servira toute la vie durant.  

Tout comme les Jeux Olympiques de la Jeunesse peuvent être une rampe de lancement pour la carrière de ces jeunes talents sportifs, les accueillir peut aussi constituer un tremplin pour l’organisation future de Jeux Olympiques d’hiver. En Autriche, Innsbruck a su tirer le meilleur parti du legs des Jeux Olympiques d’hiver de 1976 en accueillant les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver en 2012. Lillehammer retente l’aventure pour une nouvelle génération de passionnés de sport dans le pays, 22 ans après les Jeux Olympiques d’hiver de 1994. Avec les Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2020 qui  se tiendront à Lausanne, Capitale  olympique et siège du Comité International Olympique depuis 1915, la manifestation olympique reviendra en Suisse pour la première fois depuis 1948. Ces trois villes ont ceci en commun : elles reconnaissent la valeur qu’un investissement dans la jeunesse peut apporter à l’avenir de leur communauté – et cela signifie parfois un retour vers le futur. Dans tous les cas, il s’agit d’utiliser le pouvoir du sport pour rendre le monde meilleur.”

Thomas Bach, président du Comité international olympique