— Published 13 April 2021

Swiss Olympic réitère sa demande de perspectives pour le sport

Ittigen, le 12 avril 2021. En cette période d’incertitudes liées à la pandémie, un assouplissement des mesures dans le domaine du sport ne peut qu’améliorer le bien-être de la population de manière significative. Swiss Olympic attend du gouvernement qu’il prenne en considération cette évidence lors de la prochaine décision du Conseil fédéral.

Le Conseil fédéral devrait communiquer cette semaine ce que pourraient être les prochaines mesures d’ouverture. Face à cette communication très attendue, Swiss Olympic réitère sa demande pour le sport suisse qui a besoin de perspectives concrètes de manière tout à fait urgente. « Les habitants de ce pays aspirent à pouvoir de nouveau pratiquer leur sport avec moins de restrictions. Et ils aspirent aussi à retrouver la vie du sport associatif », déclare Jürg Stahl, président de Swiss Olympic.

En plus d’un assouplissement des mesures pour ce qui est des entraînements, Swiss Olympic attend que les compétitions puissent elles aussi reprendre au plus vite pour le sport de masse. Dans les disciplines où le risque d’infection est minime, voire inexistant, à savoir lorsque le sport est pratiqué en plein air, lorsque que les règles de distanciation sont respectées, etc., Swiss Olympic estime que rien ne s’oppose alors à un assouplissement de la réglementation jusqu’à présent en vigueur.

Après que le Conseil fédéral se soit prononcé il y a quatre semaines contre un assouplissement des mesures, Swiss Olympic a rappelé au gouvernement la valeur du sport pour la société, tant au niveau de la santé qu’au niveau psychologique. Aujourd’hui, à la mi-avril, Swiss Olympic considère qu’il est encore plus urgent que le Conseil fédéral améliore les conditions de vie de la population de manière significative pour son bien-être physique, mental et psychologique en décidant d’assouplissements pour le sport.

« Avec tout le respect que nous avons pour cette situation difficile, nous attendons du Conseil fédéral qu’il rende possible ce qui est possible. Et une chose est sûre : Le sport assumera cette responsabilité avec la plus grande rigueur », déclare Jürg Stahl. Ils existent déjà plus de 250 concepts de protection spécifiques, largement acceptés et éprouvés, et l’application de ces concepts permettrait en principe, dans certaines disciplines, d’organiser des compétitions sans danger au niveau épidémiologique.

Swiss Olympic part du principe que le Conseil fédéral, dans sa prochaine décision, tiendra compte du fait que la population a besoin de sport, de compétitions et de moments de partage.