— Published 4 December 2020

Paris 2024 s’engage pour une représentation plurielle et inclusive du sport à travers les émojis

Les émojis sont devenus un alphabet universel. En lançant une initiative pour inclure les sports paralympiques parmi la gamme des émojis, à l’occasion de la Journée Internationale des Personnes Handicapées, Paris 2024 s’engage pour une représentation plus inclusive du sport, et une meilleure notoriété des Jeux Paralympiques dans le monde entier. Une démarche qui a le soutien des comités national et international paralympiques IPC et CPSF, et de nombreux athlètes, paralympiques et olympiques, français et internationaux.

Une révolution de nos représentations du sport

Depuis plusieurs années, les émojis s’ouvrent à la diversité. Différentes teintes de peaux et de cheveux, personnes en situation de handicap… Ces icônes incontournables de notre communication quotidienne sont de plus en plus l’image de la société.

Un combat reste à mener : la représentation de la diversité dans le sport. Paris 2024 est convaincu que le sport est un formidable levier d’inclusion, d’acceptation de soi et d’ouverture à la différence. Le sport n’est pas réservé à un seul standard de corps, et il y existe d’immenses champions qui sont en situation de handicap.

Il est donc temps que nos représentations collectives évoluent en ce sens.

Une mobilisation collective de grands athlètes

C’est pourquoi avec le soutien du Comité International Paralympique (IPC) et du Comité Paralympique Sportif Français (CPSF), et dans la lignée d’initiatives déjà engagées précédemment, Paris 2024 lance une campagne de mobilisation pour inclure les sports paralympiques parmi la gamme des émojis.

Une démarche cohérente avec la volonté de Paris 2024 de traiter les Jeux Paralympiques au même niveau d’ambition que les Jeux Olympiques, avec notamment pour la première fois de l’Histoire, un emblème commun pour les deux compétitions.

Une démarche à laquelle de nombreux champions ont souhaité s’associer. Les athlètes paralympiques français Marie-Amélie Le Fur (para athlétisme), Michael Jérémiasz (tennis fauteuil), Théo Curin (para natation) et Yvan Wouandji (cécifoot) ; la Néerlandaise Marlou Van Rhijn (para athlétisme), la Colombienne  Angelica Bernal (para tennis), l’Ougandaise Husnah Kukundakwe (para natation), l’Argentin Sylvio Velo (cécifoot) ; ou encore les athlètes olympiques français Alain Bernard (natation), Gwladys Epangue (taekwondo) et Gévrise Emane (judo) : tous ont décidé de se faire les ambassadeurs de cette campagne.

Tout le monde peut agir pour la soutenir, en relayant le #ParaEmojis2024 sur les réseaux sociaux

Les émojis paralympiques permettront de donner aux parasports la visibilité et la reconnaissance qu’ils méritent. Nous espérons qu’ils éveilleront les curiosités, et que beaucoup, notamment parmi les « millenials », auront envie d’en savoir plus sur ces disciplines.

***

Marie-Amélie Le Fur, présidente du CPSF: « Je félicite Paris 2024 pour cette belle initiative. En effet, les émojis sont le reflet de notre société et sont devenus un langage universel à part entière, utilisé par des millions de personnes. Au même titre que les pictogrammes sports, les émojis parasports auront bientôt une identité digitale qui leur est propre…une marque de reconnaissance et d’inclusion bien plus importante qu’on ne pourrait le croire ! »

Michael Jérémiasz : « Handicap et activité physique ne sont pas incompatibles. Nous, les sportifs en situation de handicap, aspirons à faire du sport comme tout le monde. Faire figurer les émojis des para sports serait donner une juste place à tous les hommes et toutes les femmes qui pratiquent du sport au quotidien. C’est une bonne opportunité pour continuer à banaliser la différence. J’espère que cette campagne mobilisera le plus grand nombre. »

Théo Curin : « Je suis très fier de m’associer à cette initiative. Pour ma génération, les émojis sont un mode de communication naturel. Être représenté, valorisé et reconnu dans ce cadre est quelque chose d’important, pour moi en tant qu’athlète mais aussi pour toutes les personnes en situation de handicap qui s’épanouissent à travers le sport. »

Yvan Wouandji : « Cette démarche inclusive participe à une meilleure reconnaissance et une plus grande notoriété des Jeux Paralympiques auprès de tous les amoureux de sport. Edition après édition, on sent un véritable engouement pour les athlètes paralympiques et leurs performances. Il faut accompagner cet élan par ce genre d’initiatives, pour des Jeux Paralympiques de Paris 2024 absolument inoubliables ! »

Alain Bernard : « En tant qu’athlète, j’ai beaucoup d’admiration pour les performances et le parcours des athlètes paralympiques. Je m’engage dans cette démarche pour contribuer à leur donner la reconnaissance qu’ils méritent, et tout simplement une place à égalité parmi les autres formes de sportL’excellence sportive ne fait pas de différence. »

Gwladys Epangue : « Olympique ou Paralympique, l’important est de faire place aux Jeux, à l’excellence et à l’aventure humaine. »

Gévrise Emane : « Pour une société plus inclusive, pour un sport plus inclusif, parce que, avant tout, nous sommes des sportives et des sportifs avec le même objectif d’excellence ! Le même objectif de Jeux ! »

Husnah Kukundakwe : « L’introduction d’émojis représentant les para sports permettrait vraiment d’intégrer les sports paralympiques dans le domaine public. Cela facilitera la communication et l’expression des para athlètes pour chaque sport, sans avoir à les expliquer trop en détail. »

Angelica Bernal : « J’adorerais avoir des emojis paralympiques ! Désormais les gens utilisent les émojis pour communiquer, et je pense que l’initiative menée par Paris 2024 est très importante pour susciter l’intérêt autour des sports paralympiques, en particulier le tennis fauteuil. Ce serait un grand bond en avant, c’est génial ! »

Silvio Velo : “Ce serait très important d’avoir des émoji pour promouvoir les sports paralympiques. Les gens utilisent les émojis pour communiquer, ce serait vraiment un pas en avant. Je soutiens totalement Paris 2024 dans cette initiative.”

 

A savoir :

  • Il existe aujourd’hui près de 3000 émojis. De nouveaux émojis sont ajoutés chaque année
  • Le Consortium Unicode, organisation privée à but non lucratif, décide de l’introduction des nouveaux émojis. Elle est composée de représentants des grandes entreprises technologiques, d’ingénieurs, de linguistes, mais aussi de représentants publics. Elle se réunit quatre fois par an
  • Avant Paris 2024, le Comité Paralympique Espagnol avait déjà lancé une campagne pour demander l’inscription des sports paralympiques parmi les émojis. Une démarche qui avait suscité de l’engouement (400 000 signatures et la mobilisation des athlètes) mais n’avait pas abouti.
  • La demande de Paris 2024 fera l’objet d’un dépôt officiel auprès du Consortium Unicode en avril 2021. Elle concernera l’intégralité des sports paralympiques.