— Published 15 July 2022

Paris 2024 s’associe avec EDF, la Fédération Française de Natation et l’Agence nationale du Sport pour déployer le programme « Savoir Nager » dans toute la France

Le 13 juillet à Villetaneuse, Tony Estanguet, Président de Paris 2024, Virginie Lamotte, conseillère développement de l’Agence nationale du Sport (ANS), Lazreg Benelhadj, Vice-Président de la Fédération Française de Natation (FFN), et Pierre Viriot, directeur du projet Paris 2024 du groupe EDF ont lancé le déploiement estival du programme « Savoir Nager ». Les athlètes Camille Lacourt nageur multimédaillé français et Laura Tremble finaliste aux Jeux de Tokyo en natation artistique étaient également présents auprès des enfants pour soutenir la deuxième édition ce programme. Lancé à l’été 2021, celui-ci vise à proposer des leçons d’aisance aquatique et de natation gratuites pour les enfants dans des bassins mobiles dans des territoires carencés ou dans des piscines habituellement fermées pendant l’été ou ouvertes uniquement à la baignade.

Avec le soutien d’EDF, partenaire de Paris 2024, le programme prend de l’ampleur cette année : 29 communes sont concernées dans toute la France, avec l’objectif d’en faire profiter 5 000 enfants. Les premiers bassins mobiles ont ouvert le 4 juillet.

Objectif en 2022, permettre à 5000 enfants d’apprendre à nager dans toute la France.

A l’été 2022, le Groupe EDF rejoint le programme et permet d’étendre le dispositif dans toute la France.

7 bassins mobiles vont être installés dans des territoires carencés en équipements, dans le cadre d’un projet porté par la FFN : en Ile de France (Dugny, Villetaneuse, L’Ile-Saint-Denis et Bezons) ;   et dans le reste de la France :  à Nancy, Nice et Pignans.

Par ailleurs, des créneaux supplémentaires seront ouverts dans 23 piscines existantes, via des projets portés par la ville de Paris et les collectivités de Seine-Saint-Denis. 6 piscines sont concernées à Paris (dans les 12e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements) ; et 17 piscines en Seine-Saint-Denis :  Montreuil (2 piscines), Romainville, Bobigny, Bondy, Pantin, Les Lilas, Bagnolet, Clichy-sous-Bois, Villemomble, Drancy, Tremblay, Villepinte, Aubervilliers, Saint-Denis, Stains, La Courneuve (bassin mobile dans le cadre du dispositif La Courneuve Plage).

Grâce à ce déploiement, l’objectif est d’apprendre à nager à 5000 enfants à l’été 2022.

Bilan de l’édition 2021 – Des bassins mobiles en Seine-Saint-Denis  

Les Jeux de Paris 2024 laisseront un héritage aquatique à la Seine-Saint-Denis : plus d’une vingtaine de bassins seront créés dans le cadre des Jeux et serviront ensuite aux habitants.

Sans attendre 2024, et afin de lever les freins économiques, culturels et sociaux qui empêchent les enfants d’apprendre à nager, Paris 2024 s’est engagé dès l’été 2021 aux côtés de l’ANS et de la FFN autour du dispositif « Savoir Nager ».

4 bassins mobiles ont été installés à Clichy-sous-Bois, Villetaneuse, Sevran et Bagnolet, et des leçons de natation gratuites ont été proposées chaque jour de l’été aux enfants de 4 à 12 ans (et jusqu’à 18 ans pour les enfants en situation de handicap) et les adultes ne sachant pas nager. Des créneaux étaient réservés aux enfants dont le handicap nécessite une prise en charge spécifique.

1800 enfants ont appris à nager à l’été 2021 grâce à ce dispositif.

L’aisance aquatique, un enjeu de société 

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 est une opportunité unique de promouvoir le développement de l’activité physique et de la pratique sportive et notamment l’apprentissage de la natation.

Chaque année, les chiffres des noyades rappellent que savoir nager n’est pas seulement un plaisir, c’est aussi un enjeu de sécurité publique, qui reflète des inégalités sociales et territoriales : les enfants issus de milieu défavorisés bénéficient rarement de leçons de natation. Si en moyenne 48% des enfants ne savent pas nager à leur entrée au collège, en Seine-Saint-Denis, territoire qui compte seulement 38 piscines pour 1,6 million d’habitants, ils sont 6 enfants sur 10 à ne pas savoir nager en sixième.

Le programme « Savoir Nager », co-financé par Paris 2024, l’Agence nationale du Sport et la Fédération Française de Natation et désormais le Groupe EDF, a pour objectif d’agir pour la prévention des noyades et la sécurité aquatique des enfants, en transmettant les compétences fondamentales de l’activité aquatique et le plaisir de nager aux enfants. Développé sur la période estivale, ce programme propose des activités ludiques à des enfants qui ne partent pas en vacances.

EDF renforce son engagement historique en faveur de l’apprentissage de la natation 

En tant qu’énergéticien, le groupe EDF a l’eau dans son ADN. Partenaire de la Fédération Nationale de Natation depuis 2005, le Groupe est très engagé pour œuvrer au développement de la natation, du niveau amateur au plus haut-niveau professionnel, ainsi qu’à l’initiation et à l’apprentissage de la nage auprès des plus jeunes.

En s’engageant dans le programme Savoir Nager, EDF devient le dénominateur commun de l’ensemble des initiatives en faveur de l’apprentissage de la natation développées en France.

L’apprentissage de la nage fait partie intégrante du programme héritage « enJeux d’avenir 2024 » porté par le groupe EDF, qui a pour ambition de faire vivre l’énergie des Jeux de Paris 2024 partout en France et relever l’ambition de Jeux utiles pour la société.

Tony Estanguet, Président de Paris 2024  : « Le programme « Savoir Nager » est une illustration très concrète de notre ambition pour l’héritage des Jeux de Paris 2024 : un héritage matériel, en créant de nouveaux bassins dans les territoires qui en ont le plus besoin, mais aussi humain et social, en soutenant l’apprentissage de l’activité physique et de l’aisance aquatique, savoirs fondamentaux dont les compétences de base doivent être transmises aux enfants dès le plus jeune âge. Ce dispositif est aussi une nouvelle démonstration de la capacité des Jeux à fédérer toutes les énergies au service du développement de la pratique sportive. Merci à EDF, à l’ANS et à la FFN pour votre mobilisation à nos côtés dans ce beau projet ! » 

Pierre Viriot, Directeur du Projet Paris 2024 chez EDF  : « Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 de Paris 2024 représentent une opportunité unique de laisser un héritage durable à notre pays. Acteur historique du sport français, le groupe EDF est fier de s’engager dans le programme « savoir nager » aux côtés de Paris 2024, la FFN et l’ANS. La lutte contre la noyade et l’accès à des équipements permettant de développer l’aisance aquatique constituent des enjeux sociétaux prioritaires. Avec « Savoir nager » nous renforçons notre engagement pour l’apprentissage de la nage avec l’ambition commune de former plusieurs dizaines de milliers de jeunes d’ici 2024. » 

Frédéric Sanaur, directeur général de l’Agence nationale du Sport (ANS)  : « La lutte pour la prévention des noyades est une priorité nationale déployée par l’Agence nationale du Sport. Le plan « Savoir nager », propose des stages d’apprentissage de l’aisance aquatique et de natation gratuits, notamment en bassins mobiles. Il s’inscrit pleinement dans cet objectif de plus grande sécurité en milieu aquatique, de découverte et d’apprentissage dès le plus jeune âge. Durant l’été 2021, près de 1 800 enfants et 400 adultes avaient profité de ce dispositif dans quatre villes de Seine-Saint-Denis. En 2022, plus de 5 000 enfants pourront en bénéficier, ce qui démontre l’engagement toujours plus fort des acteurs du sport sur cette thématique, auxquels l’Agence s’associe pleinement via l’ensemble de ses dispositifs tant au niveau territorial que national. » 

Laurent Ciubini, directeur général de la Fédération Française de Natation (FFN)  : “Aller au plus près des territoires carencés qui n’ont plus, ou pas encore, ou pas assez de piscines est la priorité de ce programme, en lien avec nos partenaires sur ce projet. L’opération “J’apprends à nager” dont découle ce concept a déjà permis à apprendre à plus de 160 000 enfants d’apprendre à nager et je ne doute pas qu’avec ses nouvelles opportunités, nous apportions une pierre durable à l’apprentissage de la natation, et en corollaire participions à faire baisser le nombre de noyés en France chaque année.”