— Published 11 November 2020

L’UCI tire un bilan très positif de la gestion d’une saison 2020 marquée par la pandémie de Covid-19

La saison 2020 de l’UCI WorldTour et de l’UCI Women’s WorldTour a pris fin dimanche avec l’arrivée dans la capitale espagnole, Madrid, respectivement de la Vuelta Ciclista a España et de la Ceratizit Madrid Challenge by La Vuelta. Cette saison demeurera historique en raison notamment des conditions sanitaires exceptionnelles liées au Covid-19 qui ont complètement bouleversé les deux circuits majeurs du cyclisme sur route professionnel masculin et féminin.

Après l’arrêt complet de notre sport à la mi-mars, les courses de l’UCI WorldTour et de l’UCI Women’s WorldTour ont redémarré le 1er août, sur la base du protocole sanitaire UCI, avec l’épreuve masculine et féminine des Strade Bianche (Italie). Au total, après les annulations et reports d’épreuves, la saison 2020 de l’UCI WorldTour a pu avoir lieu avec 21 épreuves et 121 jours de course dont 17 et 101 courus d’août à début novembre, dans le contexte de la pandémie. Chez les femmes, ce sont 11 épreuves et 21 jours course qui ont pu se dérouler, pour la quasi-totalité dans le cadre des restrictions sanitaires imposées par la situation internationale. Nous pouvons être pleinement satisfaits du fait que seuls Paris-Roubaix et Paris Roubaix Femmes et l’Amstel Gold Race et l’Amstel Gold Race Ladies ont été annulés dans le nouveau Calendrier Route International UCI mis en place par notre Fédération et ses partenaires le 5 mai 2020.

Avec 54 résultats positifs (dont seulement la moitié parmi les coureurs) pour 13’850 tests PCR réalisés sur les équipes, le taux de prévalence, qui correspond au nombre d’individus malades ou contaminés dans une population, est de 0,34 % (et de seulement 0,17 % pour les athlètes) dans nos deux séries phare du cyclisme sur route. Ces niveaux sont très inférieurs à ceux constatés dans la population générale des pays, qui atteint le plus souvent 10 % ou plus. L’UCI se félicite de cette édition 2020 de l’UCI WorldTour et UCI Women’s WorldTour pour laquelle elle considère que la situation sanitaire est restée sous contrôle grâce aux efforts conjoints de l’ensemble des acteurs du cyclisme.

L’UCI rappelle qu’elle a publié le protocole sanitaire en vue de la reprise des compétitions cyclistes sur route le 19 juin 2020. Celui-ci a été élaboré par un groupe de pilotage composé des différentes familles du cyclisme (coureurs, équipes et organisateurs) ainsi que de médecins d’équipes, et placé sous la responsabilité du Directeur Médical de l’UCI, le Professeur Xavier Bigard. Le principe instauré était celui de la bulle course, constituée des coureurs et du personnel des équipes, qui devait demeurer isolée et protégée des autres acteurs (organisation, officiels, médias, et invités). Une série de tests pré-compétition a été rendu obligatoire, à laquelle s’ajoutaient des tests de contrôle pendant les jours de repos pour les trois Grands Tours. Les méthodes PCR, reconnues par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les autorités nationales compétentes comme les plus précises pour la recherche du coronavirus, ont été retenues par l’UCI pour les tests.

Le protocole UCI a constitué le cahier des charges de reprise des compétitions pour les organisateurs de l’UCI WorldTour 2020 et de l’UCI Women’s WorldTour 2020, dans le respect des dispositions en vigueur dans les régions et pays accueillant les événements. Ce protocole, couplé avec la révision et publication des calendriers 2020 remaniés des deux circuits, a été un élément central du redémarrage de la saison cycliste sur route professionnelle, dans un contexte sanitaire international extrêmement incertain.

Le protocole UCI, et son principe de bulle compétition, a par la suite été étendu aux autres disciplines, notamment le mountain bike, la piste et très prochainement le cyclo-cross.

C’est également ce protocole qui a été utilisé et a rendu possible l’organisation des Championnats du Monde UCI de la route à Imola (Italie) et de mountain bike à Leogang (Autriche).

Au total et à travers l’ensemble des disciplines concernées, ce sont 63 cas positifs (dont seulement 29 concernent les athlètes) pour 18,650 tests PCR effectués sur les coureurs et membres de l’encadrement des équipes à l’occasion de 29 épreuves féminines et 94 épreuves masculines (incluant l’UCI WorldTour et l’UCI Women’s WorldTour), en plus de deux Championnats du Monde UCI. Le taux de prévalence est de 0,30%, et de 0,15% concernant les athlètes uniquement.

La tenue d’épreuves cyclistes internationales majeures a été largement reconnue et saluée comme une performance remarquable par le monde sportif, y compris par le Comité International Olympique (CIO) et son Président Thomas Bach. Le cyclisme a réussi à relever ce défi sans précédent grâce à sa capacité de réaction, son esprit d’unité et son sens du sacrifice durant une période d’incertitude extrême.

Le Professeur Xavier Bigard, Directeur Médical de l’UCI, a déclaré : « Le protocole sanitaire UCI a été un élément clé de la reprise du calendrier cycliste international de l’UCI, tout particulièrement pour la route. Son principe (la bulle course) et les tests réalisés (par méthode PCR) ont fait leurs preuves. Il faut saluer le sérieux et l’engagement des coureurs, des équipes et des organisateurs, qui d’août à novembre ont respecté des mesures extrêmement contraignantes sans lesquelles il n’aurait pas été possible d’obtenir l’aval des autorités compétentes pour organiser des compétitions cyclistes dans le contexte sanitaire mondial actuel. Je tiens aussi à remercier chaleureusement tous les médecins d’équipe pour leur collaboration sans réserve, et sans qui la saison 2020 n’aurait pas été une telle réussite. Il convient enfin de retenir et saluer l’esprit de cohésion et de responsabilité de tous qui, de la conception du protocole à son application, a permis à notre sport d’exister malgré la pandémie. »