— Published 4 June 2021

L’UCI adopte des mesures de prévention pour lutter contre les abus dans le cyclisme et renforce son dispositif de lutte contre la fraude technologique

La réunion du Comité Directeur de l’Union Cycliste Internationale (UCI) du mois de juin qui a débuté hier dans la Maison Olympique, siège du Comité International Olympique (CIO), à Lausanne (Suisse), et par vidéoconférence, s’est poursuivie et terminée aujourd’hui.

Soucieuse de prévenir et de sanctionner plus efficacement toute forme d’abus (notamment le harcèlement sexuel) dans le cyclisme, l’UCI a adopté une série de mesures en faveur de l’intégrité, aussi bien au niveau de ses règles et procédures que dans le cadre de nouvelles initiatives d’éducation.

Afin de réduire la durée et la complexité des procédures ouvertes en cas de violation de son Code d’éthique, l’UCI a décidé de confier à sa Commission d’éthique un plein pouvoir de sanction. Cette dernière peut donc dorénavant infliger des sanctions sans passer, comme c’était le cas auparavant, par la Commission Disciplinaire de l’UCI.
Une obligation d’information des plaignants de la part de la Commission d’éthique a également été approuvée, alors que jusqu’ici, seules les parties contre lesquelles les procédures étaient dirigées avaient de quelconques droits de procédure et d’information. Cette obligation d’information englobe également une information concernant la décision et ses considérants, dans la mesure où les plaignants sont directement concernés par les faits pertinents.
Enfin, le Code prévoit désormais diverses mesures et sanctions pouvant être imposées par la Commission d’éthique, y compris des sanctions provisoires, des mesures préventives et/ou coercitives pour éviter les conflits d’intérêts ou encore des sanctions avec sursis, ces dernières pouvant être accompagnées de mesures éducatives, notamment. Cela permet de prendre en compte la nature extrêmement variée des dossiers que la Commission d’éthique est appelée à examiner en permettant l’imposition de mesures plutôt préventives, éducatives ou punitives, selon la nature du dossier.

La prévention des abus étant un volet fondamental du programme de l’UCI en faveur de l’intégrité, plusieurs actions seront mises en place très prochainement. Le nouveau site internet de l’UCI, qui sera lancé en septembre 2021, comprendra des pages consacrées à la protection des athlètes et de toutes les personnes travaillant dans le cyclisme. Ces pages incluront des informations générales de sensibilisation, notamment des vidéos tutorielles mises à disposition par le Comité International Olympique (CIO). On trouvera dans les pages mentionnées ci-dessus un système de reporting qui permettra de signaler de manière anonyme tout comportement inapproprié.

Pour renforcer son programme de prévention des abus, l’UCI engagera par ailleurs un ou une Manager Intégrité et Education d’ici à la fin du mois de septembre 2021 au plus tard. Celui-ci ou celle-ci sera chargé(e) en particulier de la mise en œuvre de cours d’éducation et de sensibilisation à l’intention de toutes les familles du cyclisme, et de gérer le système de reporting pour le harcèlement et les abus. L’action du Manager Intégrité et Education viendra compléter celle de la Commission d’éthique de l’UCI. En effet, la mission de la Commission consiste à poursuivre les infractions au Code d’éthique, tandis que celle du nouveau Manager sera d’assurer que les parties prenantes sont informées des comportements constituant une violation du Code d’éthique et des sanctions applicables en cas d’infraction, et reçoivent une formation à ce sujet. L’UCI reconnaît l’importance de l’éducation pour toute activité liée à l’intégrité et considère que l’engagement d’une personne de référence pour les différentes parties concernées et dédiée à cette thématique constitue à cet égard une avancée importante.

Dans le domaine de l’intégrité toujours, l’UCI a décidé de renforcer son dispositif de lutte contre la fraude technologique. Après l’introduction des tablettes magnétométriques en 2016 et celle du caisson mobile à rayons X en 2018, un troisième outil sera prochainement utilisé pour déceler l’utilisation éventuelle de moteurs cachés dans les tubes et autres composants des vélos. Dans le courant de la saison 2021, un appareil utilisant la technologie des rayons X à rétrodiffusion combinant les avantages des deux outils déjà utilisés par l’UCI viendra en effet rejoindre l’arsenal à disposition de Ia Fédération. Peu encombrant et relativement léger (un peu plus de 3 kg), cet appareil s’apparentant à une caméra pourra être transporté et manipulé aisément par les contrôleurs. Il permettra d’obtenir des images de l’intérieur des parties examinées en temps réel, et ces images pourront être transmises, à distance, directement aux Commissaires de l’UCI.

S’agissant des événements, après une première édition des Championnats du Monde Cyclisme Esport UCI – organisée le 9 décembre 2020 – couronnée de succès, et alors que l’Olympic Virtual Series (OVS), le nouveau circuit virtuel lancé par le CIO dont le cyclisme fait partie, bat son plein, le Comité Directeur de l’UCI a salué les efforts en cours pour renforcer le développement et la promotion du cyclisme esport. Il s’agit pour l’UCI de garantir l’intégrité des compétitions (notamment au travers de l’homologation des home trainers utilisés aux différents niveaux de compétition et la surveillance accrue des données des coureurs), de développer un Calendrier International UCI de cyclisme esport ouvert aux plateformes qui remplissent les conditions d’intégrité des compétitions, d’instaurer un Classement UCI de la discipline, et de renforcer le rôle de l’UCI et de ses Fédérations Nationales dans la gouvernance de cette nouvelle activité. Un plan de développement de la discipline plus détaillé sera présenté lors du Comité Directeur de l’UCI en septembre 2021.

Le thème de la sécurité des coureurs sur route a été discuté. Les membres du Comité Directeur ont confirmé leur soutien à la mise en œuvre, en collaboration avec les acteurs concernés – organisateurs, équipes et coureurs en premier lieu –  du plan de sécurité annoncé le 4 février dernier, lequel avait été accompagné par un Guide sur la sécurité des coureurs, hommes et femmes, lors des épreuves de cyclisme sur route. L’importance d’une bonne et étroite coopération avec l’Association Internationale des Organisateurs de Courses Cyclistes (AIOCC), l’Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels (AIGCP), l’association reconnue représentant les équipes féminines UCI (UNIO), les Cyclistes Professionnels Associés (CPA) et le CPA Women sur ce point a été soulignée.

L’UCI avait décidé d’apporter un certain nombre de modifications aux règles régissant les jets de bidons et autres déchets en compétition introduites en 2021 dès la 11e étape du Giro d’Italia et jusqu’à la fin de l’épreuve italienne. Le Comité Directeur a approuvé la recommandation du Conseil du Cyclisme Professionnel (CCP) d’étendre jusqu’à la fin du mois de juin l’application des règles dans leur forme modifiée pour toutes les épreuves de l’UCI WorldTour et l’a étendue à l’ensemble des épreuves du Calendrier International Route UCI. Un groupe de travail examinera l’opportunité de revoir la règle avant le départ du Tour de France.

Le système d’invitation des équipes aux épreuves de l’UCI Women’s WorldTour sera modifié dès 2022. Dès cette date, les organisateurs des événements du circuit seront tenus d’inviter non seulement les 15 UCI Women’s WorldTeams, mais également les deux meilleures Equipes Continentales Femmes UCI. L’augmentation du nombre de formations invitées, qui passe de 15 à 17, vise à stimuler le développement des équipes féminines.

S’agissant du cyclisme sur piste, l’UCI est en mesure d’annoncer les nouvelles dates de la manche de la Coupe des Nations UCI Tissot 2021 de Cali (Colombie), initialement prévue du 3 au 6 juin avant d’être reportée en raison de la situation actuelle dans le pays. L’événement, troisième et dernière manche de la série, se déroulera finalement du 9 au 12 septembre 2021. Pour permettre la tenue de la manche tout en assurant que les résultats obtenus lors de cette dernière seront pris en compte pour la qualification pour les Championnats du Monde Piste UCI Tissot 2021, le Comité Directeur de l’UCI a décidé de prolonger la période de qualification pour les Mondiaux UCI 2021 de la piste de 12 jours par rapport à la période réglementaire de six semaines stipulée à l’article 9.2.023 des Règlements UCI.

Le Comité Directeur de l’UCI a par ailleurs approuvé les calendriers suivants :

Quelques points méritent d’être relevés au sujet des calendriers de l’UCI WorldTour et de l’UCI Women’s WorldTour 2022.
Au niveau de l’UCI WorldTour, si le Santos Tour Down Under et la Cadel Evans Great Ocean Road Race – les deux épreuves ouvrant la saison en Australie – ont bien été inscrits au calendrier de la série pour 2022, leurs dates n’ont cependant pas encore été fixées. Les discussions entre organisateurs et autorités locales se poursuivent afin d’assurer un accueil optimal pour les équipes dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Les événements se tiendront à partir de la moitié ou de la fin du mois de janvier. La situation est la même pour l’épreuve féminine de la Cadel Evans Great Ocean Road Race, enregistrée dans le calendrier UCI Women’s WorldTour en 2022.
La durée du Tour de France et de la Vuelta Ciclista a España, qui s’élanceront respectivement le 1er juillet et le 19 août 2022, a quant à elle été exceptionnellement portée à 24 jours. Cette exception a été jugée pertinente en raison du départ de l’étranger des deux compétitions (de Copenhague, au Danemark pour le Tour, et de la ville et de la province d’Utrecht et de la province du Brabant-Septentrional, aux Pays-Bas, pour la Vuelta).

Du côté de l’UCI Women’s WorldTour, la Prudential RideLondon Classique (Grande-Bretagne) comptera trois jours (27-29 mai) contre un seul auparavant.
La Donostia San Sebastián Klasikoa fera place en 2022 à l’Itzulia Women, qui se tiendra du 13 au 15 mai sur trois jours de course. Sur le front espagnol toujours, le Ceratizit Challenge by la Vuelta, qui se déroulera dès 2021 sur quatre jours de course, est enregistré du 8 au 11 septembre 2022.
Le Giro d’Italia Donne, sous réserve d’une édition 2021 conforme au cahier des charges de la série, fera son retour dans le circuit de l’UCI Women’s WorldTour la saison prochaine. La course durera 10 jours (1er-10 juillet 2022).
Le nouveau Tour de France féminin rejoint le calendrier en remplacement de La Course by le Tour de France. D’une durée de huit jours, il débutera le 24 juillet pour se terminer le 31 juillet 2022. Cette réalisation s’inscrit dans la volonté de l’UCI de voir se créer, sous son impulsion, une épreuve féminine par étapes de référence au niveau mondial (cf. Agenda 2022).
Enfin, le Ladies Tour of Norway deviendra la Battle of the North et gagnera deux jours de course supplémentaires, passant ainsi de quatre à six jours (9-14 août 2022).

Le Comité Directeur de l’UCI a par ailleurs approuvé le Rapport Financier 2020 de l’UCI. Celui-ci sera publié d’ici la fin du mois de juillet avec l’ensemble du Rapport Annuel 2020 de l’UCI.

A l’issue de la journée, le Président de l’UCI David Lappartient a déclaré : « Assurer le bien-être des athlètes, que ce soit au niveau de leur sécurité, de leur santé physique ou de leur santé morale, est fondamental pour l’UCI. Avec les décisions fortes prises aujourd’hui pour lutter contre toute forme d’abus dans le cyclisme, que ce soit par la prévention, l’éducation ou en améliorant ses procédures, et qui viennent s’ajouter aux mesures déjà mises en place dans les domaines de la sécurité et de la santé, l’UCI se dote d’outils efficaces pour combattre ce fléau. Les comportements inappropriés n’ont pas leur place dans le cyclisme.

« Dans un autre domaine touchant à l’intégrité, je suis heureux de pouvoir annoncer le renforcement de l’arsenal de l’UCI pour lutter contre la fraude technologique lors des épreuves cyclistes. Nous disposons maintenant, avec la tablette magnétométrique, le caisson mobile à rayon X et dorénavant la technologie des rayons X à rétrodiffusion, d’un ensemble d’outils de détection efficace et plus dissuasif que jamais, à même de déceler toute forme de tricherie mécanique. »