— Published 14 December 2021

Lettre du président de l’AMA aux sportifs du monde entier

Chers collègues sportifs,

Alors qu’une autre année tire à sa fin, je veux faire le point avec vous sur ce que fait l’Agence mondiale antidopage (AMA) pour vous placer toujours un peu plus au centre de tous ses efforts pour protéger le sport propre.

Dans le cadre de notre plan stratégique 2020-2024, nous travaillons d’arrache-pied pour « mener la lutte contre le dopage dans une nouvelle ère ». Ce plan a été développé à la lumière des commentaires que nous avons reçus de nos partenaires de l’écosystème antidopage, notamment de la part de sportifs. Ceux-ci ont tous reconnu l’ampleur de ce que l’AMA a accompli depuis sa création en 1999, mais ont aussi relevé un certain nombre de domaines dans lesquels elle pourrait s’améliorer ou se concentrer davantage.

En tant régulateur mondial de l’antidopage, l’AMA a changé énormément depuis six ou sept ans – grâce, en grande partie, aux progrès réalisés en matière d’enquêtes et de supervision de la conformité des organisations antidopage, mais aussi parce que nous avons mené une vaste réforme de notre gouvernance et renforcé considérablement nos activités d’éducation, notamment.

Witold Bańka avec des sportifs polonais lors d’une cérémonie avant les Jeux de Tokyo 2020
Ce dernier point est très important pour moi. L’éducation antidopage repose sur le principe selon lequel les sportifs amorcent leur carrière en étant propres et que la grande majorité d’entre eux veulent le rester. Quand on est jeune et qu’on rêve de remporter une médaille olympique ou paralympique, on ne s’imagine pas briser les règles pour y arriver. On sait instinctivement qu’on veut gagner de la bonne manière. Il est essentiel de protéger et de soutenir les rêves des sportifs qui agissent de façon éthique, et qui veulent être fiers de leurs réalisations longtemps après leur retraite, plutôt qu’avoir à mentir ou à trouver des excuses pour justifier ce qu’ils ont fait ou comment ils l’ont fait.

C’est pourquoi le Code mondial antidopage 2021 inclut l’éducation dans la prévention du dopage intentionnel ou non intentionnel, au même titre que la dissuasion, la détection, la mise en application et la règle de droit. L’éducation est une composante essentielle de tout programme antidopage, ce qu’est venu renforcer le lancement du premier Standard international pour l’éducation, le 1er janvier 2021. Ce Standard énonce les exigences que les signataires du Code mondial antidopage doivent remplir en matière d’éducation.

Une autre avancée importante dans l’éducation antidopage a eu lieu en janvier dernier grâce au lancement d’une nouvelle version améliorée de notre plateforme d’éducation et d’apprentissage en matière de lutte contre le dopage, appelée ADEL. Avec cette nouvelle plateforme, l’AMA offre des possibilités d’éducation et d’apprentissage à la communauté antidopage du monde entier, et plus particulièrement aux sportifs. Je vous encourage à profiter au maximum de cet outil.

Les sportifs, qui sont déjà très actifs dans chacun de nos comités permanents, sont aussi les bénéficiaires de la réforme de la gouvernance de l’AMA. Le mois dernier, notre Conseil de fondation a approuvé à l’unanimité une autre série de renforcements qui auront un impact considérable sur notre modèle de gouvernance, parmi lesquels :

  • La refonte du Comité des sportifs de l’AMA, réalisée en collaboration avec les membres actuels du Comité des sportifs et son sous-groupe sur la représentation des sportifs. Le Comité des sportifs deviendra le Conseil des sportifs. Ses membres seront tous choisis par les sportifs, contrairement à ceux du Comité actuel, qui sont nommés par l’AMA et le président du Comité. Le Conseil des sportifs comprendra 20 membres :
    • Cinq sportifs sélectionnés par la Commission des athlètes du Comité international olympique (CIO) et celle du Comité international paralympique (CIP),
    • Huit sportifs élus par les commissions des athlètes des fédérations internationales; et
    • Sept sportifs choisis par un comité de nomination composé en majorité de sportifs, qui visera à combler les lacunes potentielles en matière d’expertise et de diversité.
  • L’ajout de quatre sièges au Conseil de fondation :
    • Deux sièges pour des représentants des sportifs, dont un provenant du sport paralympique, sélectionnés par le Conseil des sportifs parmi ses membres; et
    • Deux sièges pour des représentants d’organisations nationales antidopage (ONAD) sélectionnés par le groupe consultatif sur les ONAD de l’AMA, dont les 10 membres seront élus par les ONAD de chacun des cinq continents (deux membres par continent).
  • L’ajout de deux sièges au Comité exécutif :
    • Un siège pour le président du Conseil des sportifs de l’AMA, qui sera élu par les membres de ce dernier; et
    • Un siège pour un autre membre indépendant.
  • Le Comité exécutif comptera ainsi 16 membres :
    • Le président du Conseil des sportifs de l’AMA;
    • Cinq représentants du Mouvement sportif, dont un représentant des sportifs;
    • Cinq représentants de gouvernements (un par continent); et
    • Cinq membres indépendants : le président et le vice-président de l’AMA et trois autres indépendants.

De plus, le Comité exécutif a approuvé un projet pilote d’un an sous forme de la création d’un ombudsman antidopage pour les sportifs. Cet ombudsman aidera les sportifs dans le processus antidopage en leur fournissant des services indépendants de conseils, de soutien et de résolution des différends. Cette initiative représente un autre pas en avant pour les droits des sportifs et s’inscrit dans mon engagement à faire en sorte que l’AMA soit davantage centrée sur les sportifs.

Toujours lors de cette réunion de novembre, le Conseil de fondation a approuvé la création d’un comité d’éthique indépendant, ainsi qu’un code d’éthique – une autre initiative importante et positive.

Comme vous pouvez le constater, de nombreux efforts sont déployés pour rendre l’AMA plus indépendante, mais aussi plus représentative de toutes les parties prenantes. Vous, les sportifs, êtes au centre de ces préoccupations. Tout ce que nous faisons, nous le faisons pour vous, pour que vous ayez la possibilité de concourir sur un pied d’égalité en ayant confiance en le système antidopage. J’adresse donc ce message à tous les sportifs du monde, et pas seulement à quelques petits groupes, parfois autoproclamés, qui tendent à se manifester plus vigoureusement que les autres. À mes yeux, tous les sportifs sont d’une importance égale, tout comme leurs rêves et leurs accomplissements, quel que soit le sport qu’ils pratiquent ou la langue qu’ils parlent.

Certains veulent faire de la lutte contre le dopage un enjeu politique, la transformer en une guerre de pouvoir entre factions ou nations. Je ne ferai quant à moi jamais de discrimination. Nous ne devons pas céder le contrôle à ceux qui veulent faire passer les intérêts de leurs organisations avant ceux des autres. Le soutien des sportifs doit être le même dans le monde entier. Une faille dans le système est un problème pour nous tous, et nous devons veiller à ce que les régions sous-financées et moins en vue du monde ne soient pas à la traîne en en matière de protection du sport propre. Je ne laisserai pas l’AMA devenir un pion sur l’échiquier politique de qui que ce soit.

Aujourd’hui, la pandémie continue d’affecter notre quotidien, et le système antidopage ne fait pas exception. Les derniers développements liés à l’arrivée d’Omicron et d’autres variants de la COVID sont inquiétants. Mais nous continuerons de fournir des conseils développés et un soutien constant aux organisations antidopage et aux sportifs du monde entier, alors que les Jeux de Beijing approchent. La collaboration est au cœur du système antidopage. La situation continue d’évoluer, et l’AMA continuera d’aider et de superviser. Notre mission commune est de travailler ensemble pour le bien du sport, en défendant les sportifs que nous servons.

Je suis fier de dire que, malgré la pandémie, la communauté antidopage a fait beaucoup. Les contrôles et les autres activités sont revenus à la normale depuis le début de 2021. Cela nous a donné le temps dont nous avions besoin pour préparer les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

L’équipe de sensibilisation de l’AMA mobilise les sportifs autour du sport propre, ici lors des Jeux mondiaux de plage de l’ACNO en 2019 à Doha, au Qatar
Nous attendons maintenant avec impatience deux de Beijing, au début de 2022. Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec l’Agence de contrôles internationale et le groupe de travail antidopage créé en vue de ces Jeux pour veiller à ce que tous les sportifs aient été adéquatement contrôlés. Comme d’habitude, nous enverrons à Beijing une équipe d’Observateurs indépendants, qui fournira des commentaires en temps réel sur tous les aspects du processus antidopage à l’Agence de contrôles internationales et au CIO durant les Jeux olympiques, ainsi qu’au CIP durant les Jeux paralympiques. Cette équipe présentera ensuite un rapport complet plus tard dans l’année. C’est en misant sur ce travail d’équipe, sur la confiance et le respect mutuels que nous pourrons faire en sorte que les sportifs bénéficient du meilleur programme.

Cela ne signifie pas pour autant que nous sommes satisfaits et que nous nous arrêterons là. Nous devons continuer d’aller de l’avant – en cherchant toujours à devancer ceux qui cherchent à flouer le système. C’est un défi perpétuel auquel nous sommes confrontés. Nous ne pouvons pas compter sur quelques outils seulement – nous devons être prêts à protéger le sport sur tous les flancs, en réagissant rapidement et en innovant constamment.

Ainsi, en matière de renseignement et d’enquêtes, notre département indépendant a mené avec succès plusieurs enquêtes au long cours. Pour ce faire, nos enquêteurs ont notamment pu s’appuyer sur des informations cruciales recueillies dans le cadre de notre programme de sources confidentielles, appelé « Brisez le silence! ». Cela leur a ensuite permis de travailler avec différents partenaires dans le monde pour s’assurer que ces informations fassent l’objet d’enquêtes et, si nécessaire, mènent à des sanctions. Si vous avez des informations touchant au dopage, je vous encourage vivement à les transmettre via la plateforme « Brisez le silence! ». Nos responsables des informations confidentielles chevronnés sont prêts à vous parler et sauront traiter vos informations avec tact et en toute confidentialité.

Nous continuons aussi de superviser le travail effectué par les organisations antidopage signataires du Code mondial antidopage pour vérifier qu’elles remplissent bien les responsabilités qui leur incombent. Notre programme de supervision de la conformité, qui a été lancé en 2016, se traduit par de réelles améliorations sur le terrain. Les organisations antidopage sont tenues de respecter les mêmes standards élevés en matière de responsabilités que les sportifs. C’est une simple question d’équité.

Avec le Passeport biologique de l’athlète, les avancées scientifiques – notamment dans le domaine des analyses à partir de gouttes de sang séché et de l’intelligence artificielle – et nos démarches pour inciter toutes les organisations antidopage à mener des programmes de contrôle intelligents et de qualité, nous nous efforçons de perfectionner en permanence l’approche de la communauté antidopage en matière de prévention, de dissuasion et de détection des tricheurs.

L’AMA et la communauté antidopage mondiale ont réalisé des progrès importants pour les sportifs et le sport propre ces dernières années. Plus que jamais, nous voulons connaître votre avis pour nous aider à augmenter encore notre impact. C’est pour cela que la plus grande représentation des sportifs à venir au sein de nos instances dirigeantes nous réjouit autant. La collaboration entre le Mouvement sportif, les gouvernements, les sportifs, les organisations nationales antidopage et les autres acteurs de l’antidopage, de même que les perspectives apportées par des voix indépendantes, n’ont jamais été aussi fortes. Ceci est très encourageant. Nous partageons tous la vision de l’AMA, qui est celle d’un monde où les sportifs peuvent concourir dans un environnement sans dopage. Grâce à votre soutien continu et à votre participation active, cette aspiration se concrétise un peu plus chaque jour.

Je vous souhaite à toutes et à tous de joyeuses Fêtes et une nouvelle année heureuse et prospère, où que vous soyez dans le monde.

Cordiales salutations sportives,

Witold Bańka