— Published 19 February 2021

Les enquêteurs de l’AMA renforcent leur collaboration avec Europol

Montréal, le 18 février 2021 – L’Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé aujourd’hui une nouvelle étape importante pour sa réputation croissante en matière de collaboration avec les organismes chargés de l’application de la loi en signant un protocole d’entente avec Europol, l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité. Cet accord formalisera et facilitera la mise en place d’un cadre de collaboration entre les deux agences dans le domaine du dopage sportif.

Le renseignement et les enquêtes sont devenus des outils de plus en plus importants dans la protection du sport propre dans le monde, et ce protocole d’entente renforcera la collaboration entre le département indépendant Renseignement et enquêtes de l’AMA et Europol, dans le but de lutter contre la production et la distribution illégales de substances dopantes au sein de l’Union européenne. Les activités prévues comprendront l’échange de renseignement et de soutien pratique, ainsi que la coordination de la collecte de preuves et des enquêtes d’intérêt mutuel. Ce protocole d’entente est semblable à celui en place entre l’AMA et INTERPOL depuis 2009.

« Le renseignement et les enquêtes sont un domaine dans lequel l’AMA a réalisé des avancées considérables depuis qu’elle a obtenu le pouvoir de mener des enquêtes en 2015, a déclaré le président de l’AMA, Witold Bańka, qui a signé le protocole d’entente au nom de l’AMA. Plusieurs affaires récentes telles que celles concernant l’Union internationale de biathlon, l’Opération Aderlass, la Fédération internationale d’haltérophilie et l’Opération VIRIBUS (coordonnée par Europol) l’ont clairement montré :  le partage d’informations entre les organismes chargés de l’application de la loi et les organisations antidopage peut être crucial pour révéler des méfaits qui n’auraient pas été détectés par des contrôles ou d’autres méthodes analytiques. »
« Les organismes chargés de l’application de la loi et d’autres agences gouvernementales ont le pouvoir de s’attaquer à la source des substances illégales et à leur approvisionnement, mais aussi d’effectuer des saisies et de détenir des personnes, ce que le monde du sport ne peut faire. De même, l’AMA reçoit des informations et a développé une expertise qui peut être utile à la police dans le cadre de ses enquêtes criminelles. Grâce à des partenariats comme celui-ci, nous renforçons la collaboration entre ces deux groupes pour le bien du sport propre. L’AMA est très reconnaissante envers l’Union européenne de son enthousiasme et de sa volonté d’unir ses forces aux siennes en ce sens. »
En signant le protocole d’entente au nom d’Europol, sa directrice exécutive, Catherine De Bolle, a déclaré : « Afin d’intensifier la lutte contre la production et le trafic de substances dopantes et leur utilisation visant à manipuler des compétitions sportives, Europol renforce sa collaboration avec le principal acteur de la lutte contre le dopage dans le sport. Cette nouvelle entente se concentrera sur l’échange de renseignement et d’expertise, le renforcement des capacités et la poursuite de la collaboration entre Europol et l’Agence mondiale antidopage ».

Ce protocole d’entente est le plus récent d’une série d’accords de collaboration entre l’AMA et d’autres agences dans le but de protéger l’intégrité du sport. L’année passée, l’AMA a signé un protocole d’entente avec la Fédération internationale de l’industrie du médicament (IFPMA) afin d’élargir l’échange d’informations sur les produits commercialisés et biomédicaux au stade de la recherche ou en développement, dans le but de mettre en œuvre rapidement des méthodes de détection de nouvelles substances améliorant la performance.

Ces dernières années, l’AMA a signé d’autres protocoles d’entente avec des organisations ayant des objectifs complémentaires, en particulier dans les domaines de l’éducation, de la recherche scientifique, de la médecine, du soutien aux lanceurs d’alerte, de la lutte contre le trafic international de drogues, du renforcement des capacités ou encore du développement régional.