— Published 23 October 2020

L’AMA publie les résultats provisoires de son enquête sur l’IWF

Montréal, le 22 octobre 2020 – L’Agence mondiale antidopage (AMA) a mis au point une nouvelle méthode pour déceler la pratique interdite de substitution d’urine au moment du prélèvement de l’échantillon de contrôle du dopage, ainsi que l’utilisation par des sportifs de substituts (ou « doppelgängers ») fournissant l’échantillon à leur place, dans le cadre d’une enquête à grande échelle sur l’haltérophilie.

Après plus de trois ans d’enquête sur les activités de la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF) et de ce sport, le service indépendant Renseignement et enquêtes de l’AMA publie aujourd’hui les résultats provisoires (en anglais seulement) de cette enquête, qui est toujours en cours.

Lancée en août 2017, l’enquête sur l’haltérophilie du service Renseignement et enquêtes de l’AMA repose sur les quatre piliers suivants :

  1. 1. L’opération « Outreach », qui examine les allégations selon lesquelles un membre de haut rang de l’IWF a été payé pour promouvoir les intérêts russes et protéger des sportifs russes de la détection;
  2. 2. L’opération « Heir », qui enquête sur les allégations de dopage et de protection au sein d’un programme organisé dans l’haltérophilie en Roumanie;
  3. 3. L’opération « Extra », qui traite du processus complexe de collecte, de regroupement et d’évaluation de tous les renseignements sur l’haltérophilie reçus par le service Renseignement et enquêtes de l’AMA; et
  4. 4. L’opération « Arrow », une enquête sur la pratique de la substitution d’urine au moment du prélèvement d’échantillon de contrôle du dopage.

Cette enquête s’est concentrée non seulement sur des sportifs, mais aussi sur d’autres personnes qui ont pu contribuer à faciliter le dopage, notamment des agents de contrôle du dopage, des entraîneurs, d’autres membres du personnel d’encadrement des sportifs et des officiels. En 2019, le service Renseignement et enquêtes de l’AMA a obtenu le soutien de plusieurs organismes chargés de l’application de la loi pour enquêter sur certaines des allégations mentionnées dans ce rapport. Ces divers organismes ont approuvé la publication de ce rapport provisoire aujourd’hui.

Dans le cadre de l’opération « Arrow », le service Renseignement et enquêtes de l’AMA a développé une nouvelle méthodologie visant à améliorer le processus de détection de substitution potentielle d’urine avec l’aide, notamment, de sources confidentielles et d’experts de l’analyse d’échantillons. Cette méthodologie a jusqu’à présent permis aux enquêteurs d’identifier, par l’analyse des profils d’ADN, des cas de substitution d’urine soupçonnée impliquant 18 haltérophiles provenant de six pays. Ces cas seront transmis pour gestion des résultats à l’Agence de contrôles internationale (ACI), à laquelle l’IWF a délégué la mise en œuvre de son programme antidopage. Le service Renseignement et enquêtes de l’AMA a découvert des preuves de l’utilisation de substituts s’étant fait passer pour des sportifs pendant le processus de prélèvement de l’échantillon pour faire en sorte que de l’urine propre soit fournie de manière frauduleuse.

« L’AMA est consternée par les pratiques mises à jour par son service Renseignement et enquêtes dans le cadre de cette enquête, a déclaré le président de l’AMA, Witold Bańka. Pendant trop longtemps, les haltérophiles propres ont dû faire face à une culture de dopage bien ancrée dans leur sport, où la promotion de la peur permettait de cacher la vérité et d’isoler les personnes qui voulaient agir correctement. Une fois de plus, cette situation montre l’importance des informations provenant de lanceurs d’alerte et l’influence positive que peuvent avoir les personnes en possession de telles informations lorsqu’elles ont le courage de les divulguer. Les renseignements provenant de sources confidentielles bien informées, combinés au travail diligent du service Renseignement et enquêtes de l’AMA, donnent des résultats significatifs dans une multitude d’enquêtes. »

« L’AMA continuera à tout faire pour contribuer à ce que les haltérophiles puissent pratiquer leur sport dans un environnement sécuritaire et sain. Selon moi, ce rapport montre clairement que pour contribuer à ce travail, il est temps d’entamer une discussion sur la nécessité d’accorder à l’AMA des pouvoirs d’enquête supplémentaires, y compris un accès sans entrave à tous les documents et serveurs internes d’une organisation faisant l’objet d’une enquête. »

« Dans toutes ses activités, le service Renseignement et enquêtes de l’AMA cherche à obtenir justice pour les sportifs et le sport propres, a ajouté Gunter Younger, directeur du service Renseignement et enquêtes de l’AMA. L’enquête sur l’haltérophilie a été complexe, difficile et longue, et nous avons rencontré de nombreux obstacles en cours de route. La peur et le silence qui règnent dans ce sport ont été des entraves importantes. Il a donc été particulièrement encourageant de recevoir un tel volume de renseignements par le biais de « Brisez le silence! », la plateforme confidentielle de l’AMA pour les lanceurs d’alerte. Le succès de cette enquête tient en grande partie au courage de ces lanceurs d’alerte. »

« Nous sommes également déterminés à trouver d’autres méthodes d’enquête pour nos partenaires de la lutte contre le dopage. Nous voulons détecter le dopage, peu importe où et comment il se produit. La méthodologie employée dans le cadre de l’opération « Arrow » pour identifier des cas de substitution d’urine peut facilement s’appliquer à d’autres sports que l’haltérophilie. Nous partagerons cette méthodologie et les leçons tirées de cette enquête avec les organisations antidopage, les laboratoires et les Unités de gestion du Passeport biologique de l’athlète afin de stimuler les efforts collectifs pour lutter contre la substitution d’urine. »

La collecte de renseignements se poursuit en lien avec l’haltérophilie. Dans la foulée de l’enquête McLaren sur l’IWF, qui a fourni des informations supplémentaires au service Renseignement et enquêtes de l’AMA, ce service travaille étroitement avec l’ACI pour s’assurer que tous les renseignements pertinents fassent l’objet d’un suivi approfondi en plus des 18 cas mentionnés ci-dessus. L’ACI est l’autorité indépendante déléguée par l’IWF en matière d’enquête, mais en tant que signataire du Code mondial antidopage, l’IWF est responsable en dernier ressort de sa conformité au Code et est soumise aux procédures de suivi du service Renseignement et enquêtes de l’AMA, y compris dans le cadre du programme de supervision de la conformité de l’AMA*.

Un autre rapport sera publié en temps opportun, au terme de toutes les enquêtes en cours menées par les organismes chargés de l’application de la loi et le service Renseignement et enquêtes de l’AMA.