— Published 14 October 2021

L’AMA appelle au renforcement du système antidopage en Afrique

Montréal, le 13 octobre 2021 – La direction de l’Agence mondiale antidopage (AMA) a appelé aujourd’hui chaque nation africaine à renforcer et à développer la capacité de son programme national antidopage, lors d’un important forum virtuel auquel ont participé 10 ministres des sports du continent, en plus de la Commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et au développement social de l’Union africaine.

Le président de l’AMA, Witold Bańka, la vice-présidente, Yang Yang et le directeur général, Olivier Niggli, ont remercié d’une seule voix les ministres des Sports et les autres hauts fonctionnaires des pays africains présents pour leur engagement dans la lutte antidopage, et encouragé un soutien accru dans la région.

Cette réunion a été organisée par l’AMA dans le cadre d’une série d’événements de ce genre visant à recueillir les points de vue, les préoccupations et les idées des gouvernements du monde entier et à en discuter. Des réunions semblables ont eu lieu dans d’autres régions du monde et de nouvelles rencontres sont prévues dans un avenir proche, y compris avec les ministres d’autres pays africains qui n’ont pas participé à ce forum.

Dans son discours (en anglais), le président de l’AMA, Witold Bańka, a présenté une partie du travail actuellement entrepris par l’AMA, notamment en ce qui concerne sa réponse à la pandémie de COVID-19, le financement de la lutte antidopage et l’engagement des sportifs, ainsi que des projets à plus long terme associés au Plan stratégique 2020-2024 de l’AMA. Il a indiqué que pour assurer le succès du système antidopage, il était crucial que l’AMA continue de bénéficier du soutien des gouvernements en Afrique et ailleurs.

« Les gouvernements sont des acteurs clés de l’AMA, et nous voulons nous assurer que vous êtes tenus au courant des derniers développements dans la lutte contre le dopage, a déclaré M. Bańka en s’adressant aux ministres. Il est aussi important pour nous de connaître vos opinions et de répondre à vos questions, commentaires ou préoccupations. Nous reconnaissons l’importance croissante du continent africain dans le sport et le rôle considérable que les gouvernements africains jouent dans l’écosystème antidopage, et nous voulons trouver des moyens de renforcer cette contribution. »

Le président de l’AMA a évoqué la nécessité de renforcer les capacités antidopage du continent africain, en précisant que chaque pays devrait disposer d’un programme rigoureux. Il a souligné que la collaboration était essentielle à cet effet. Les gouvernements jouent un rôle clé et doivent être disposés à faciliter le développement de programmes antidopage solides à l’échelle nationale, a-t-il affirmé.

« Un autre groupe de partenaires avec lequel nous devons collaborer davantage, ce sont les sportifs, a-t-il ajouté. La lutte contre le dopage est axée sur le bien-être et les droits des sportifs. Il est de notre responsabilité de tout mettre en œuvre pour leur donner la possibilité de concourir sur un pied d’égalité. L’une des grandes priorités du plan stratégique de l’AMA est d’être davantage centrés sur les sportifs et de garantir leur participation à la lutte contre le dopage. Nous devons être à l’écoute de leurs besoins, comprendre ce qui les frustre et les motive, et tenir compte de leurs points de vue puis prendre des décisions en conséquence. Trouver un terrain d’entente entre autant de points de vue différents n’est pas facile, mais il est important d’écouter et de savoir ce que les sportifs attendent du système mondial antidopage. Nous continuerons de nous assurer que les voix des sportifs africains soient entendues. »

Witold Bańka, ancien coureur de 400 m de niveau international, a été rejoint en ligne lors de la réunion par la vice-présidente de l’AMA et double médaillée d’or olympique en patinage de vitesse sur piste courte, Yang Yang.

« Pour que l’Afrique contribue au renforcement du mouvement mondial antidopage, nous encourageons les gouvernements africains et les fédérations sportives africaines à travailler ensemble, a déclaré Yang Yang, poursuivant sur le thème de la collaboration et du développement dans son discours (en anglais). Il est important de se serrer les coudes pour protéger la santé et le bien-être des sportifs africains, de s’exprimer d’une seule voix pour protéger les performances des sportifs et préserver la fierté nationale, de faire valoir conjointement les droits et les responsabilités des sportifs, et de créer en collaboration un environnement propice au développement et à la mise en œuvre de programmes antidopage robustes et durables. C’est cette philosophie qui a mené à la création de l’AMA il y a 22 ans, et elle est toujours vraie aujourd’hui. Si nous travaillons tous ensemble, nous pouvons tout réussir. »

Dans sa présentation, le directeur général de l’AMA, Olivier Niggli, a fourni des détails sur le plan stratégique de l’Agence et également encouragé la poursuite de partenariats et de collaborations. Il a donné aux ministres un bref aperçu de l’histoire de l’AMA, de ses défis et des plans mis en place pour s’assurer que l’Agence continue d’être bien placée pour relever ces défis et tirer le meilleur parti des occasions qui se présentent.