— Published 5 February 2021

Jeux Olympiques de Pékin 2022 : Swiss Olympic s’attend à une grande délégation suisse

Ittigen, le 4 février 2021. Environ 180 athlètes représenteront la Suisse aux Jeux Olympiques de Pékin en 2022. C’est ce qu’a annoncé Ralph Stöckli, Chef de Mission de Swiss Olympic, une année avant la cérémonie d’ouverture. Actuellement, la pandémie de coronavirus représente le plus grand défi en vue du grand événement en Chine.

Les douze infrastructures sportives sont prêtes et les trains à grande vitesse reliant les trois zones de compétition – Pékin, Yanqing et Zhangjiakiou – sont en service. Voici ce qu’a annoncé le comité d’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022, un an avant la cérémonie d’ouverture.

« C’est une bonne nouvelle. Il est extrêmement positif d’avoir une certitude de planification dans ce domaine », a expliqué Ralph Stöckli. Aujourd’hui, le Chef de Mission de Swiss Olympic a donné des informations sur l’état des préparatifs de la délégation suisse, à l’occasion d’une conférence de presse virtuelle. « Les concepts de sélection ont été rédigés, et les athlètes et leurs fédérations savent quels critères ils doivent remplir pour participer aux Jeux Olympiques. »

Ralph Stöckli estime actuellement qu’environ 180 athlètes représenteront la Suisse en Chine dans une année. A titre de comparaison, Swiss Olympic avait sélectionné 171 athlètes pour les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 (Corée du Sud). Les équipes nationales masculine et féminine de hockey sur glace ont déjà assuré leur participation aux Jeux Olympiques. Les biathlètes pourraient également répondre aux critères de sélection cet hiver. Dans tous les autres sports, les places olympiques seront attribuées lors de la saison 2021/2022.
Tous les concepts de sélection se trouvent sur le site Internet de Swiss Olympic.

united4excellence, comme devise sur la route vers Pékin
Pour Ralph Stöckli, la pandémie de coronavirus – comment pourrait-il en être autrement – est actuellement le plus grand défi sur le chemin vers les Jeux Olympiques de Pékin. Les épreuves tests qui devaient avoir lieu cet hiver dans les trois zones de compétition de Pékin, Yanqing et Zhangjiakiou ont par exemple toutes été annulées en raison de la pandémie. Parmi les épreuves prévues figuraient les championnats du monde de ski et de snowboard freestyle.  « C’est dommage. Avec les fédérations et les athlètes, nous espérions pouvoir tirer des enseignements importants de ces compétitions, dans divers domaines tels que le sport, l’organisation et la logistique, mais aussi en matière de conditions de neige », explique Ralph Stöckli.

Mais le Chef de Mission ne veut pas trop s’y attarder. « Ensemble, nous allons tirer le meilleur parti des conditions imposées – comme le veut notre devise de mission « united4excellence ». Je suis sûr que dans un an, toutes les personnes impliquées vivront à Pékin des compétitions passionnantes et de haut niveau. »

La lugeuse Natalie Maag et son expérience sur la piste olympique
La lugeuse suisse Natalie Maag en est également convaincue. La Zurichoise de 23 ans s’est jointe à la conférence de presse avant son entraînement pour la Coupe du monde à Saint-Moritz. Elle a ainsi pu fournir des informations de première main. En effet, Natalie Maag est l’un des rares athlètes non chinoises à avoir été autorisée à participer à plusieurs courses à Yanqing fin 2020, à l’occasion de l’homologation de la piste olympique. « La piste est couverte de haut en bas. Par conséquent, elle maintient toujours la même température, ce qui rend la situation équitable pour tous les participants et participantes », a notamment fait remarquer la lugeuse. Le voyage en Chine a aiguisé l’appétit de la seule Suissesse participant à la Coupe du monde de luge féminine. « Participer aux Jeux Olympiques 2022 est mon grand objectif, et je ferai tout ce que je peux pour me qualifier », a-t-elle ajouté.