— Published 26 August 2022

A deux ans des Jeux de Paris 2024 de nombreux acteurs du mouvement sportif et représentants des collectivités s’engagent pour renforcer la visibilité des femmes et notamment des athlètes féminines à travers le territoire.

Afin de partager l’ambition des premiers Jeux paritaires en 2024, le comité Paris 2024 s’associe à de nombreux acteurs pour renforcer la place et la visibilité des femmes de toute origine, dans tout le territoire, notamment dans les villes Terre de Jeux 2024.

Le Ministère des Sports, des Jeux Olympiques et Paralympiques, le Ministère chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances, le CNOSF, le CPSF, l’ANS, l’Association nationale des élus du sport et Union Sport & Cycle (cofondateurs du label Ville Active et Sportive), la Fondation Alice Milliat et l’ANDIISS s’associent à Paris 2024 pour œuvrer au renforcement de la visibilité des femmes et des athlètes au cœur des territoires, notamment au niveau des équipements sportifs qui ne disposent pas d’un nom genré.

Selon une étude de Egal Sport menée en 2018 plus de 90% des équipements qui portent un nom propre ont un nom masculin. Récemment, une étude menée par le Conseil National des Villes Actives et Sportives (CNVAS) en avril 2022 auprès de 202 communes a révélé que seules 0,74 % des infrastructures sportives portent le nom d’une athlète.

A l’occasion de la cérémonie nationale de remise des labels « Ville Active et Sportive », qui s’est tenue ce 25 août 2022 à Limoges, Astrid Guyart, médaillée olympique d’argent à Tokyo, secrétaire générale du CNOSF et ambassadrice Terre de Jeux 2024 a partagé l’ambition de tous les acteurs à deux ans de Paris 2024.

La visibilité et la place des femmes dans la cité doit s’améliorer et notamment symboliquement au niveau des équipements sportifs. La pratique pour tous et pour toutes est un des enjeux d’héritage de Paris 2024. Les athlètes olympiques, paralympiques sont toutes issues et se sont construites dans nos territoires. C’est à ces villes, à ces clubs, aux dirigeants, bénévoles et aux pratiquants que nous voulons penser en lançant ce dispositif qui doit se répandre à travers le pays et bien au-delà de 2024”.

Un appel à candidature a donc été lancé à l’ensemble des communes françaises pour les inciter à choisir un ou plusieurs équipements sportifs existants (et non dénommé) sur leur territoire et y associer un nom d’athlète ou de personnalité féminine. L’ensemble de ces projets sera enregistré via un formulaire à la disposition des collectivités et fera l’objet d’une étude de la part de Terre de Jeux 2024 et des acteurs associés pour une sélection prioritaire de 24 projets d’ici fin 2022. Les lauréats se verront offrir une plaque de toponymie personnalisée au nom de l’athlète ou de la personnalité féminine et de la collectivité porteuse du projet, et bénéficieront de l’accompagnement de l’ensemble des acteurs dans la communication et la mise en œuvre de leur action.

Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 :

« Alors que les Jeux de Paris 1900 ont vu la première participation des femmes aux compétitions olympiques, ceux de Paris 2024 seront les premiers Jeux paritaires de l’histoire : dans deux ans, autant d’athlètes femmes que d’hommes seront sur la ligne de départ.C’est un marqueur fort, mais nous souhaitions qu’il puisse trouver un écho concret dans les territoires, notamment via les collectivités Terre de Jeux 2024, toutes engagées pour renforcer l’héritage des Jeux. Avec le projet « Sport & Parité », les athlètes féminines pourront avoir une place plus grande dans le quotidien de milliers de Français, partout sur le territoire.  Merci à toutes les collectivités Terre de Jeux 2024 qui prennent part à ce projet et contribuent ainsi à développer la visibilité des femmes athlètes, essentielle pour inspirer des générations de pratiquants et pratiquantes. »  

Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques :

« A deux ans des premiers Jeux olympiques et paralympiques paritaires, nous avançons toutes et tous ensemble vers l’égalité dans le sport. Je tiens à saluer cette initiative consistant à inviter les villes TerresdeJeux2024 à féminiser les noms de leurs infrastructures sportives ! Des infrastructures qui permettront de valoriser les incroyables destins des grandes championnes, et, je l’espère, d’inciter les jeunes filles à entrer sur le terrain ! » 

Isabelle Lonvis-Rome, ministre déléguée auprès de la Première Ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances :

« Féminiser les noms des équipements sportifs est un enjeu majeur pour permettre à toutes les petites filles de se projeter vers des figures inspirantes. De nombreuses communes sont d’ores et déjà mobilisées pour rebaptiser les noms de leurs rues et nous comptons aujourd’hui sur elles pour que l’initiative « sport et parité » essaime et concerne un maximum d’équipements sportifs partout sur notre territoire et reflète toute la diversité de notre population ».

Brigitte Henriques, Présidente du Comité National Olympique et Sportif Français :

« La mixité est un objectif majeur pour le CNOSF. Ce dernier s’est pleinement engagé dans cette voie à travers la parité au Bureau Exécutif, une Vice-Présidence dédiée à la mixité, ou encore le « club des 300 dirigeantes » qui accompagne des femmes dans leurs parcours de prise de fonctions dirigeantes au sein des instances sportive. C’est donc tout naturellement que le CNOSF soutient l’action « Sport & Parité » qui entre dans cette logique pour offrir à nos athlètes femmes, la visibilité et la place qu’elles méritent dans l’espace public. Pour que, dès demain et partout en France, des jeunes – filles et garçons, puissent s’identifier à nos sportives d’hier et d’aujourd’hui, nous devons impulser ce mouvement et inciter un maximum de collectivités à nommer leurs équipements sportifs avec le nom de ces championnes ! »

Marié-Amélie Le Fur, Présidente du Comité Paralympique du Sport Français :

« Les grandes sportives existent depuis toujours sans que cela ne soit su. C’est grâce à un effort de visibilisation de ces femmes, grandes athlètes, grandes championnes ou qui ont marqué l’histoire de leur sport que nous créerons plus de rôles modèles pour les petites filles d’aujourd’hui. L’initiative « Sport et Parité » est un pas en avant important que je soutiens pleinement. »

Patrick Appéré, Président de l’Association Nationale Des Elus en charge du Sport, président du Conseil National des Villes Actives et Sportives :

« A deux ans des prochains Jeux à Paris, l’ANDES, pleinement impliquée aux côtés des collectivités locales avec l’appui de sa commission « Mobilisation des territoires Paris 2024, est ravie de s’associer à l’initiative Sport et Parité afin d’œuvrer au renforcement de la visibilité des femmes et des athlètes au cœur des territoires. Il est vrai qu’avec plus de 80% de la propriété des installations sportives, les collectivités locales ont une responsabilité importante dans ce domaine notamment au niveau des équipements sportifs qui ne disposent pas d’un nom genré. Alors que bon nombre de communes sont déjà mobilisées sur ce sujet, d’autres ont besoin d’un accompagnement dans cette démarche. Cette initiative laissera un héritage intangible sur l’ensemble du territoire national et nous y sommes attachés ».

Jean Marc Sentein, Président de l’Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d’Installations et des Services des Sports :

“Le Sport enseigne des valeurs telles que l’équité, la discipline, la solidarité, la persévérance et le respect. L’équipement sportif quant à lui, permet de structurer la cité voire un territoire. Y associer le nom d’une athlète féminine se doit d’être d’intérêt général au nom du Sport, mais surtout au nom de la Parité qui est un instrument au service de l’Egalité.”

Aurélie Bresson, Présidente de la Fondation Alice Milliat :

« Cet engagement qui vise à donner aux équipements sportifs des noms de femmes qui sont illustrées dans le sport et au-delà est une belle initiative pour construire une culture collective plus égalitaire et affirmer que les femmes comme Alice Milliat ne seront plus effacées de notre histoire. Aux côtés des acteurs de ce projet, la Fondation Alice Milliat sera pleinement mobilisée pour accompagner les collectivités grâce à des outils pédagogiques de qualité et innovants. »

Virgile Caillet, Délegué Général de l’Union Sport & Cycle :

« L’union sport et cycle s’est naturellement associé avec enthousiasme à l’initiative de Paris 2024, notamment en tant que membre fondateur du label ville active et sportive. Dès sa création le Conseil National Ville Active et Sportive a toujours été attentif quant à la parité dans l’attribution des labels. Par ailleurs, à travers sa commission des aménageurs ludiques et sportifs, l’union sport et cycle fait du développement de la pratique féminine une de ses priorités, la question du genre dans les politiques d’aménagement des  espaces de pratiques faisant l’objet de leurs réflexions quotidiennes. »