— Publié le 16 septembre 2020

Witold Banka veut discuter avec les Etats-Unis

AMA

Après le temps des menaces, celui du dialogue pour l’Agence mondiale antidopage (AMA). Réuni en mode virtuel, mardi 15 septembre, le comité exécutif de l’agence basée à Montréal s’est penché longuement sur le délicat dossier de son différend avec les Etats-Unis. Pour finalement se résoudre à privilégier la discussion plutôt que le bras de fer. Après avoir menacé les Américains de leur fermer la porte des grands événements sportifs si la Maison Blanche se refusait à payer sa part du budget, le président de l’AMA, le Polonais Witold Banka (photo ci-dessus), joue maintenant la carte de l’ouverture. Il a expliqué dans un communiqué espérer avoir des « discussions constructives » avec le gouvernement américain. Mardi 15 septembre, les 12 membres du comité exécutif de l’AMA ont « soutenu à une très forte majorité le modèle existant de partenariat entre le mouvement sportif et les gouvernements et, sur cette base, la reprise du dialogue entre l’AMA et les États-Unis. » Pour rappel, les Etats-Unis menacent de suspendre leur contribution annuelle de 2,7 millions de dollars au budget de l’AMA, faute d’un plan de réforme de la lutte antidopage à la hauteur de leurs attentes. Le comité exécutif a également approuvé la création d’un groupe de travail, dirigé par un expert indépendant, qui sera chargé de surveiller la mise en place des réformes de gouvernance décidées en novembre 2018 par le Conseil de fondation de l’agence. Par ailleurs, l’AMA annonce avoir repris à un rythme désormais normal ses contrôles antidopage, après un fort ralentissement au printemps dernier, pendant le confinement. Le nombre d’échantillons recueillis est passé de plus de 11 000 en juillet à plus de 13 000 en août 2020. L’AMA explique également avoir alloué plus de 2,5 millions de dollars pour le financement de 19 projets de recherche destinés à renforcer l’antidopage.