— Publié le 27 octobre 2020

Watanabe ressent la pression

Tokyo 2020

L’événement s’annonce d’importance. Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, Tokyo accueillera le mois prochain une compétition internationale. Un tournoi de gymnastique à quatre nations, avec le Japon, la Chine, les Etats-Unis et la Russie. Il doit se dérouler dimanche 8 novembre au Yoyogi National Gymnasium de Tokyo. A moins de deux semaines de la compétition, censée servir de test pré-olympique, Morinari Watanabe (photo ci-dessus), le président de la Fédération internationale de gymnastique (FIG), ne fait pas mystère d’une certaine angoisse. Il l’a confié à l’agence Reuters : « Sur cet événement, je ressens la plus forte pression de ma vie. Nous voulons ouvrir la porte à Tokyo 2020. » La FIG et les Japonais ont mis en place un protocole sanitaire très strict pour l’entrée dans le pays des gymnastes étrangers et pour le déroulement du tournoi. Les athlètes étrangers arriveront à Tokyo quatre jours avant la compétition. Ils ne seront pas soumis à la quatorzaine, mais ils auront été placés en isolement chez eux durant les deux semaines précédentes. Une fois au Japon, ils seront contrôlés à plusieurs reprises, tout comme les 2 000 spectateurs attendus dans l’enceinte olympique. Commentaire enflammé de Morinari Watanabe, par ailleurs en charge de l’organisation des qualifications et du tournoi de boxe aux  Jeux de Tokyo : « Il y a de l’espoir dans le sport. Il y a de l’amitié dans le sport. Il y a de la solidarité. Je veux que les gens le sachent dans le monde entier. »