— Publié le 22 septembre 2021

Une pièce de monnaie en forme d’hexagone

Paris 2024

C’est fait. Le COJO Paris 2024 a poursuivi la tradition en présentant, mardi 21 septembre, une collection de pièces inédites dédiées au prochain rendez-vous olympique et paralympique d’été. Elle est frappée par la Monnaie de Paris, comme cent ans plus tôt pour les Jeux de Paris en 1924, ou plus récemment à l’occasion des Jeux d’hiver d’Albertville en 1992. Grande première mondiale : une pièce affiche une forme hexagonale, un véritable défi technique selon son concepteur, Joaquin Jimenez, graveur général et directeur de la création artistique de la Monnaie de Paris. Elle est proposée en deux versions : un modèle en or d’une valeur faciale de 250 euros, tiré à 15.000 exemplaires, et un autre en argent, d’une valeur faciale de 10 euros, pour un tirage de 100 000 exemplaires. Ils sont vendus respectivement 260 et 14 euros, dans les boutiques et sur le site Internet de la Monnaie de Paris. Une pièce de 2 euros commémorative, d’une forme plus conventionnelle, complète la collection. Comme les deux versions hexagonales, elle est illustrée par une Marianne en pleine course, sur fond de piste d’athlétisme et de la Tour Eiffel. Enfin, la Monnaie de Paris proposera également des médaillons aux emblèmes olympiques (50 000 exemplaires) et paralympiques (15 000 exemplaires), vendus 9,50 euros. Commentaire de Tony Estanguet, le président du comité d’organisation : “Aujourd’hui est une étape très forte. Cette pièce hexagonale, la première ayant cette forme, est très belle et très réussie. Elle dit beaucoup de choses. Elle parle de sport, de la Tour Eiffel, de ce stade d’athlétisme, de la Marianne des Jeux… Cette collection marque aussi notre volonté de mettre en valeur le savoir-faire français, tout en rapprochant le sport de la culture.” La présentation de ces objets de collection marque le lancement de la vente des produits officiels sous licence de Paris 2024. Le catalogue comptera environ 10 000 références de produits, fabriqués par une soixantaine d’entreprises licenciées.