— Publié le 15 décembre 2014

Une loi FIFA

Suisse

Les nuages s’amoncellent au-dessus de la Fédération internationale de football. Les parlementaires suisses ont approuvé, vendredi 12 décembre, une “loi FIFA” qui doit permettre à la justice de poursuivre pénalement les dirigeants de fédérations internationales basées en Suisse, en cas de corruption. Les dirigeants seront désormais considérés comme des “personnes politiquement exposées” et de simples soupçons de corruption ou de blanchiment d’argent suffiront pour entamer des poursuites judiciaires en Suisse. Les dispositions adoptées par les parlementaires helvètes placeront les organisations sportives, jusque-là protégées, sous la coupe d’une nouvelle législation anti-blanchiment recommandée par le Groupe d’action financière (Gafi).