— Publié le 14 octobre 2021

Une athlète américaine traîne Nike et Salazar devant les tribunaux

Athlétisme

Les ennuis s’accumulent pour Alberto Salazar. L’ex entraîneur du Nike Oregon Project, suspendu pour 4 ans par l’Agence américaine de lutte contre le dopage (USADA), est aujourd’hui poursuivi par l’une de ses anciennes athlètes. Mary Cain, 25 ans, championne du monde junior du 3 000 m en 2014, accuse Alberto Salazar de harcèlement psychologique. Elle a déposé une plainte devant un tribunal de l’Oregon, où elle explique que les faits remontent à l’époque où elle a rejoint le groupe de l’ancien marathonien, à l’âge de 16 ans. L’athlète américaine décrit Alberto Salazar comme un coach colérique et autoritaire, cherchant en toutes circonstances à contrôler la vie de ses athlètes. Elle explique qu’il n’hésitait pas à l’humilier en public, notamment sur la question de son poids, dont il avait fait une obsession. Les règles alimentaires qu’il lui avait imposées étaient tellement strictes que, totalement affamée, elle en était réduite à voler des barres énergétiques à ses coéquipières. Toujours selon Mary Cain, le comportement d’Alberto Salazar aurait eu un grave impact sur sa santé physique et mentale. La jeune femme assure également que plusieurs personnes au sein de la société Nike étaient au courant du comportement de l’entraîneur, mais ne seraient jamais intervenues. Après avoir quitté le groupe en 2019, Mary Cain est tombée en dépression, elle a souffert de troubles alimentaires, d’une anxiété généralisée et de problèmes d’automutilation. L’athlète américaine réclame aujourd’hui 20 millions de dollars à Alberto Salazar et à l’équipementier Nike.