— Publié le 23 juin 2020

Un nouveau président en janvier prochain

Haltérophilie

La fin d’une longue traversée du tunnel ? Patience. La Fédération internationale d’haltérophilie (IWF), secouée depuis plusieurs mois par les révélations de dopage et de corruption, connaîtra en début d’année prochaine son nouveau président. Réuni au cours du dernier week-end par visioconférence, le comité exécutif de l’IWF a pris la décision d’organiser un congrès électif en janvier 2021 à Lausanne. Il sera dominé par l’élection du successeur du Hongrois Tamas Ajan (photo ci-dessus), contraint d’abandonner ses fonctions après la découverte d’une “culture du dopage et de la corruption” dans l’haltérophilie mondiale pendant ses deux décennies de gouvernance. L’Américaine Ursula Garza Papandrea assure actuellement un intérim à la présidence de l’IWF. Le congrès du mois de janvier prochain dans la capitale olympique sera également invité à approuver une réforme des statuts de l’instance internationale, notamment sur les questions de gouvernance et de transparence.