— Publié le 14 janvier 2022

Un collège d’experts pour défendre la langue française

France

A moins de 1 000 jours de l’ouverture des Jeux de Paris 2024, les autorités françaises rouvrent le dossier de la langue française dans les grands événements sportifs internationaux. Un collège d’experts mis en place par la Délégation Générale à la langue française et aux langues de France, du ministère de la culture, en lien étroit avec le ministère chargé des Sports, a été revu dans sa composition. Avec un objectif : Paris 2024. Le collège de 21 experts compte notamment Daniel Zielinski, Inspecteur Général de l’Education, du Sport et de la Recherche, nommé Haut Fonctionnaire à la langue française pour le sport. Il sera le référent sur toutes les questions relatives à l’emploi de la langue française pour le ministère chargé des Sports. Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, et Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langues de France, ont lancé jeudi 13 janvier les travaux de ce nouveau collège, dont les membres sont issus de l’Académie française, de l’université, des comités nationaux olympique (CNOSF) et paralympique (CPSF), de l’Agence nationale du sport (ANS), du DIJOP, du DIGES, de représentants de fédérations sportives, de la Direction des Sports, ainsi que des représentants des écrivains du sport et des médias. Il est présidé par l’universitaire Arnaud Richard, président de l’Académie nationale olympique française. Parmi ses dossiers, l’identification et la définition de nouveaux termes moins anglophones pour les quatre sports additionnels aux Jeux de Paris 2024 – le breaking, l’escalade, le skateboard et le surf – en lien avec les fédérations françaises concernées. Un travail présenté comme “crucial” pour la promotion de la langue française et l’enrichissement de la terminologie sportive.