— Publié le 30 novembre 2022

Thomas Bach enfonce le clou

CIO

Une absence remarquée, en début de semaine, au Forum des fédérations internationales à Lausanne (28 et 29 novembre). Celle de Thomas Bach, atteint du COVID et contraint de renoncer à assister à l’événement. Mais le président du CIO n’a pas jeté son discours au panier. Il l’a fait lire devant les représentants des instances mondiales du sport par le vice-président du CIO, Ng Ser Miang. Le dirigeant asiatique a repris les propos de Thomas Bach pour insister, une nouvelle fois, sur la nécessité de maintenir les sanctions contre la Russie et la Biélorussie. “La sanction contre les gouvernements russe et biélorusse doit rester, et restera, fermement en place, a déclaré Ng Ser Miang en s’exprimant au nom de Thomas Bach. La recommandation selon laquelle vous, les fédérations internationales, ne reconnaissez pas les compétitions sportives en Russie et en Biélorussie, et qu’aucun symbole national de ces pays ne soit affiché lors d’une quelconque manifestation sportive, doit rester en vigueur. Nous devons sanctionner ceux qui sont responsables du déclenchement de la guerre, les gouvernements russe et biélorusse.” Le CIO reste donc droit dans ses bottes sur la question russe. Selon plusieurs sources, dont le Comité olympique et paralympique américain (USOPC), l’instance a pourtant lancé une vaste consultation sur la façon de réintégrer les athlètes russes dans les compétitions internationales, notamment dans la perspective des qualifications aux Jeux de Paris 2024.