— Publié le 26 septembre 2022

Sept fédérations sous haute surveillance

Athlétisme

World Athletics ne fait plus seulement la chasse aux dopés. L’instance mondiale de l’athlétisme veut également en finir avec les fraudes sur les engagés et les résultats. Au terme d’une enquête menée par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme sur des résultats de compétition suspects, pas moins de sept fédérations nationales ont été placées sur la nouvelle liste de surveillance relative à la manipulation des compétitions. Les sept pays désormais surveillés de près sont l’Albanie, l’Arménie, la Géorgie, le Kirghizistan, la Moldavie, la Turquie et l’Ouzbékistan. Les fédérations placées sur la liste ne seront pas sanctionnées, mais World Athletics explique que son département Compétition travaillera avec elles “pour améliorer et réformer leurs procédures en matière de compétition“. Dans le même temps, World Athletics a rayé des palmarès les résultats de 11 athlètes obtenus lors de compétitions de la Série mondiale d’athlétisme disputées entre 2001 et 2013. En cause, des manipulations liées à l’âge des compétiteurs. Après enquête, neuf d’entre eux ont été identifiés comme étant trop âgés au moment des championnats auxquels ils ont participé. Les deux autres se sont révélés trop jeunes. Dans trois cas, l’enquête a conduit World Athletics à ré-attribuer les médailles dans les épreuves suivantes : le 110 m haies masculin aux championnats du monde juniors 2002 (le Chinois Shi Dongpeng a été disqualifié, Shamar Sands des Bahamas a reçu la médaille d’argent et Richard Phillips de Jamaïque la médaille de bronze) ; le saut en longueur masculin aux championnats du monde juniors 2003 (le Saoudien Ahmed Nezar H. Al-Sharfa d’Arabie Saoudite a été disqualifié, le Letton Andrejs Maskancevs a reçu la médaille de bronze) ; le relais medley masculin aux championnats du monde cadets 2005 (l’Arabie Saoudite a été disqualifiée, l’Afrique du Sud a reçu la médaille de bronze).